Communiquer dans le couple : une nécessité vitale

Publié le 30 Juil 2014
Communiquer dans le couple : une nécessité vitale L'Homme Nouveau

Le dialogue est nécessaire pendant toute la durée du mariage. Savoir écouter, mais également parler à l’autre, est un élément essentiel d’un mariage qui dure.

À la question : « Pourquoi notre mariage a-t-il échoué ? » 83 % des couples séparés répondent « mauvaise communication ». Un foyer est en état de crise quand les époux n’arrivent plus à communiquer. Il est donc de la plus haute importance de savoir ce qu’est une bonne communication dans un couple. Nous n’avons pas la prétention de traiter d’un si vaste sujet en un seul article, mais nous voudrions donner aujourd’hui quelques pistes basiques. Le but de la communication en couple, c’est de permettre la croissance de l’intimité entre les époux, pour arriver autant que possible à la communion des personnes. Communiquer en couple, c’est alternativement parler à son conjoint et écouter à son tour. Cela peut paraître une lapalissade !

17 secondes !

Et pourtant statistiquement, combien de temps sommes-nous capables d’écouter un interlocuteur sans le couper pour placer nos propres idées ? La réponse, consternante, est : 17 secondes en moyenne. Faites le test, amusez-vous à chronométrer deux personnes en train de discuter. À moins d’avoir appris les secrets d’une saine communication, ou d’avoir un tempérament qui soit très accommodant, on n’écoute l’autre que pour préparer les arguments contraires et on l’interrompt avant 17 secondes, avant qu’il ait pu expliquer convenablement sa pensée profonde. Une bonne conversation n’est pas une joute oratoire ! Il faut donc apprendre à écouter sans interrompre ; mais il faut aller plus loin et s’entraîner à pratiquer une écoute active, qui manifeste, par l’attitude générale, par les traits du visage, l’intérêt que nous portons au sujet de la discussion. Nous devons aussi demander des précisions, nous assurer que nous avons bien compris en reformulant les propos de l’autre, qui confirmera que telle est bien sa pensée. Notre conjoint mérite toute notre attention et notre bienveillance quand il s’adresse à nous. Savoir écouter est donc essentiel ; il faut ensuite parler à son tour, répondre à notre interlocuteur : savoir parler de ce que nous pensons, de ce que nous ressentons, de ce que nous souhaitons, voilà qui n’est pas aisé pour tout le monde. La pudeur paralyse parfois certains qui n’ont jamais appris à parler d’eux-mêmes et cela est très dommageable pour la relation de couple. « Un couple qui ne se parle pas est un couple en danger » ; ne l’oublions pas !
Ce n’est pas en se taisant que les problèmes seront résolus.

L’idéal est donc d’apprendre à communiquer correctement pendant le temps des fiançailles.

De quoi faut-il donc se parler ?

Il faut parler : du passé, de sa famille, du futur ; des convictions auxquelles on tient ; des lignes de conduite auxquelles on ne renoncera pas ; des exigences de vie que l’on s’impose et que l’on voudrait partager ; des convictions religieuses ; de Dieu ; des enfants à venir…

La joie des fiancés est de se parler. Ce domaine est le leur et ils n’ont d’ailleurs que celui-là.

Mais attention, il faudra continuer une fois mariés à se ménager régulièrement de vrais temps de dialogue réconfortant, où nous nous parlons de ce qui est essentiel pour chacun. Il apparaît trop souvent que les fiancés qui aimaient tant passer des heures à discuter, oublient après le mariage que ces temps de dialogue doivent se poursuivre. Car lorsque les relations conjugales s’installent, c’est fréquemment au détriment des temps de véritables échanges verbaux et cela est un tort. La communication des corps est certes importante, mais elle ne remplace pas les échanges d’une communication orale confiante et enrichissante.

Garder le contact

Nous imaginons parfois qu’au bout de quelque temps de vie commune, nous sommes capables de nous comprendre à demi-mot. Cela est un leurre ou plutôt n’arrive que de manière très ponctuelle. Nous étudierons en détail les différences de perception entre homme et femme, les différences de logique et de jugement, les différences d’expression… À cela se rajoutent les différences de tempéraments, les différences d’habitudes familiales antérieures. Tout cela constitue des difficultés réelles à une communication aisée. L’homme est d’ailleurs malhabile à parler de lui. Mais si nous avons le désir de faire croître l’intimité entre nous il nous faut apprendre l’art de l’autorévélation.

L’intimité dans le couple est source de grande joie, d’une véritable complicité entre les époux. Elle est le fruit de beaucoup de travail de la part de chacun pour apprendre à mieux communiquer. Et si nous sommes convaincus qu’il faut apprendre cet art (nous y reviendrons dans de prochains articles), nous serons bien récompensés de nos efforts. Car saint Thomas d’Aquin n’hésite pas à écrire que cette communion des personnes dans le mariage est un avant-goût du Ciel.

Marc et Maryvonne PIERRE

Croître et Progresser Ensemble-N.-D. de Cana   croitreetprogresserensemble.com

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureDoctrine socialeLettre Reconstruire

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote
A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création