La Dame de pierre : Notre-Dame sur scène

Publié le 09 Fév 2023
Dame

En 2018, Corentin Stemler, alors bénévole au Puy du Fou, fondait « Symphonia Productions ». En 2023, La Dame de Pierre est le cinquième spectacle produit et réalisé par l’association. Cette fresque historique grandiose et inédite ambitionne de faire redécouvrir l’histoire de la cathédrale, une cathédrale de pierre mais aussi de chair. Entretien.   Pourquoi avez-vous donné ce nom à votre spectacle? Faites-vous référence à la tour Eiffel, la Dame de Fer Nous avons eu en fait quatre noms avant de nous fixer sur la Dame de Pierre, nous n’arrivions pas à en trouver un qui incarnait suffisamment bien ce que nous voulions dire au sujet de Notre-Dame. Celui-ci parvient à harmoniser deux réalités  : le mot « dame » qui est un mot très humain et le mot « pierre » qui est un mot bien plus matériel. Pour nous, c’est cette expression qui exprime le mieux notre vision de Notre-Dame de Paris. C’est une cathédrale de pierre mais au-delà, c’est une présence vivante au cœur de la cité : la figure mariale. Bien sûr, c’est vrai qu’il y a un parallèle entre la Dame de Pierre et la Dame de Fer, cependant il n’est pas voulu à l’origine. La tour Eiffel est souvent utilisée pour représenter Paris mais Notre-Dame devrait être davantage montrée comme symbole de la France à travers le monde. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous allons jouer notre spectacle partout en France et pas simplement à Paris, parce que Notre-Dame n’est pas simplement la cathédrale des Parisiens, elle est vraiment un monument emblématique de notre Histoire de France. Quelle histoire de Notre-Dame de Paris avez-vous choisi de nous raconter ?  Avec La Dame de Pierre, on se retrouve plongé dans les huit siècles d’histoire de Notre-Dame, on découvre aussi celle de Paris et de la France. Il y a d’abord le chantier de la cathédrale, puis Saint Louis qui rapporte la Couronne d’épines et l’installe à Notre-Dame avant de faire construire la Sainte Chapelle. Sans oublier le vœu de Louis XIII par lequel il consacre la France à la Sainte Vierge et enfin la Révolution française, le roman de Victor Hugo, les restaurations de Viollet-le-Duc, la conversion de Paul Claudel… jusqu’à l’incendie et sa reconstruction. Nous balayons toute l’histoire avec de grands tableaux, de grandes fresques historiques, à la manière de Robert Hossein. Il y a beaucoup de monde sur scène, énormément de costumes, plus de 300 fabriqués sur…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Propos recueillis par Domitille de Brü

Ce contenu pourrait vous intéresser

Culture

L’exposition : Chana Orloff. Sculpter l’époque

Le musée Zadkine (Paris 6) accueille une exposition consacrée à la sculptrice Chana Orloff jusqu'au 31 mars. Cet ancien atelier du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine a été légué par son épouse Valentine Prax, et est devenu un atelier-musée au cœur du quartier artiste de Montparnasse.

+

Chana orloff
CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi
Culture

Figurer Jeanne d’Arc à Orléans

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), nous donnons la parole à Bénédicte Baranger, présidente du comité Jeanne d'Arc d'Orléans, et ancienne Jeanne 1975. Elle nous raconte le rôle de la Jeanne et l'importance de cette figuration pour le public et la jeune fille désignée. La Jeanne 2024 sera présentée le 12 février prochain.

+

jeanne d'arc