Le dernier jour d’un condamné

Publié le 16 Sep 2017
Le dernier jour d'un condamné L'Homme Nouveau

Cet ouvrage publié une première fois en 1829 sans nom d’auteur, puis signé lors de la seconde édition, est un plaidoyer « direct ou indirect, comme on voudra, pour l’abolition de la peine de mort » selon les termes mêmes de Victor Hugo. Il indique qu’un « rêveur » s’est emparé d’une « liasse de papiers jaunes et inégaux sur lesquels on a trouvé, enregistrées une à une, les dernières pensées d’un misérable » et qu’il les a « jetées dans un livre ». Il n’y a donc pas de construction particulière de ce texte, d’ordre à y chercher, mais la peinture à vif, sur fond de témoignage, de ce que peut vivre un homme dans le couloir de la mort en attente de son exécution. Victor Hugo, peintre dans l’âme, excelle dans cette description des tourments d’une âme et nous fait partager son émotion. Il me semble, en face d’un tel texte, que la théâtralité doit être réduite à sa plus stricte expression et que toute surcharge ne peut que nuire à la puissance du verbe lui-même et à celui qui le porte. C’est le léger reproche que l’on peut faire à François Bourcier dans sa mise en scène, en particulier pour certains des enchaînements sonores et lumineux créant un surpoids de cadre dans cette cellule nue. La picturalité du texte appelait davantage le seul contraste de l’ombre et de la lumière, un blanc et noir. Mais les choix de la mise en scène sont parfaitement respectables, d’autant plus que le texte est porté avec une intensité forte et poignante par William Mesguich qui entre dans la peau de ce condamné dont on ignore tout avec une intériorité qui dépasse le stade du jeu. Ce n’est pas rien que d’entrer ainsi dans ce chemin de l’angoisse et de toucher d’une certaine façon le mystère de l’agonie. Un très beau spectacle !

Studio Hébertot, 78 bis bd des Batignolles, Paris XVIIe. Jusqu’au 3 novembre, du mardi au samedi à 19 h, dimanche à 17 h. Rés. : 01 42 93 13 04.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création