Le séminariste qui voulait tuer Hitler

Publié le 29 Juil 2023
Hitler

Maurice Bavaud

Il est peu connu. Pourtant, il est l’un des premiers à avoir deviné l’impact tragique d’Hitler dans notre Histoire. En fervent catholique, le Suisse Maurice Bavaud a essayé plusieurs fois sans succès de l’assassiner avant que le Führer ne mette ses plans à exécution. Un concours de circonstances fait qu’il est arrêté, sans jamais avoir pu réussir son projet de « tyrannicide ».   9 novembre 1938 : Munich est en liesse. La capitale bavaroise accueille son Führer qui, avec ses vieux camarades de lutte, vient commémorer l’anniversaire du coup d’État de 1923, le fameux « putsch de la brasserie ». Dans quelques heures, Hitler va lancer ses troupes à l’assaut des synagogues et des magasins juifs dans un exutoire : la « Nuit de Cristal. » Dans la foule des fidèles, un catholique de 22 ans, Maurice Bavaud, serre son pistolet de calibre 6,35 mm. Le jeune homme est suisse, originaire de Neuchâtel. Il est venu pour tuer Hitler. Cela fait un mois qu’il traque et épie le dictateur, allant même jusqu’au Berghof (le « Nid d’aigle ») près de Berchtesgaden. L’attentat manqué Aujourd’hui, il a décidé de passer à l’action et de débarrasser l’Europe de cette engeance malsaine. Se faisant passer pour un nazi fervent, Bavaud s’approche plusieurs fois de Hitler mais pas suffisamment près pour pouvoir utiliser son petit pistolet. De plus, les forêts de bras tendus, les « Sieg Heil » protègent l’homme à la chemise brune. Bavaud renonce pour cette fois. Il tente encore de voir Hitler les jours suivants mais en vain. De guerre lasse, il décide de remettre son projet à plus tard et prend le train pour Paris. Hélas, contrôlé par la police, il est interpellé pour défaut de billet. Il est interrogé, fouillé. Le pistolet et des documents compromettants (de fausses lettres de recommandation) sont découverts. Livré à la Gestapo, torturé, Bavaud avoue ses plans d’assassinat et les justifie en invoquant la nécessité d’un tyrannicide. Jugé par le Tribunal du Peuple, lâchement abandonné par les représentants de la Confédération helvétique en Allemagne, il est emprisonné à la prison de Berlin- Plötzensee. Apprenant son geste, Hans Fröhlicher, représentant suisse à Berlin, le qualifie d’« acte exécrable » et ne tient pas à rencontrer le jeune homme. Plus tard, les autorités militaires suisses refusent de l’échanger contre un espion allemand détenu. Sans espoir, Bavaud se résout à la mort. Il est guillotiné le 14 mai 1941 sans que son pays ne fasse un quelconque effort…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Christophe Carichon

Ce contenu pourrait vous intéresser

Culture

L’exposition : Chana Orloff. Sculpter l’époque

Le musée Zadkine (Paris 6) accueille une exposition consacrée à la sculptrice Chana Orloff jusqu'au 31 mars. Cet ancien atelier du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine a été légué par son épouse Valentine Prax, et est devenu un atelier-musée au cœur du quartier artiste de Montparnasse.

+

Chana orloff
CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi
Culture

Figurer Jeanne d’Arc à Orléans

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), nous donnons la parole à Bénédicte Baranger, présidente du comité Jeanne d'Arc d'Orléans, et ancienne Jeanne 1975. Elle nous raconte le rôle de la Jeanne et l'importance de cette figuration pour le public et la jeune fille désignée. La Jeanne 2024 sera présentée le 12 février prochain.

+

jeanne d'arc