Les Grandes Hérésies : l’actualité de Hilaire Belloc

Publié le 26 Oct 2022

Entretien avec Benjamin Ferrando, traducteur de Hilaire Belloc  

Vous venez pour la première fois de traduire en français Les Grandes Hérésies de Hilaire Belloc. Quel est l’apport principal de cet ouvrage ?

Étant la première traduction française d’un livre majeur de Belloc depuis près d’un siècle, il a le mérite de faire entendre la voix d’un auteur à la fois méconnu et oublié ; un homme dont le propos n’a pas pris une ride. Plus particulièrement, cet ouvrage offre sans doute la meilleure synthèse jamais publiée sur le phénomène hérétique.

Quelle définition Hilaire Belloc donne-t-il de l’hérésie et qu’est-ce qui l’a conduit à écrire sur un tel sujet ?

Il définit l’hérésie comme « l’entreprise de déconstruction d’un corps de doctrine unifié et homogène par négation d’un élément inséparable de l’ensemble ». Ainsi, l’hérétique opère un choix ; en niant tel ou tel point d’un corpus doctrinal, il rompt son unité et altère son équilibre. Convaincu que les questions religieuses sont le moteur des grandes transformations humaines, Belloc pensait l’histoire de l’Église comme une succession d’affrontements. Son livre est une exhortation à continuer le combat, faute de quoi notre société risque de devenir inhumaine.

Présente-t-il un aperçu global des hérésies ou s’attarde-t-il plus spécifiquement sur certaines d’entre elles ? Et dans ce cas, quel a été son critère de choix ?

Belloc retient cinq grandes hérésies : l’hérésie arienne, qui émerge au cours du IVe siècle et qui accompagne la chute de l’Empire romain ; l’hérésie mahométane, c’est-à-dire l’islam ; l’hérésie albigeoise, que nous appelons aussi « cathare » ; l’hérésie protestante ; enfin, ce qu’il nomme la « phase moderne », dont nous ne sommes pas sortis. Il a arrêté ce choix pour leur caractère représentatif : chacune présentant une disposition d’esprit particulière, à une époque décisive. Ajoutons qu’il connaissait parfaitement chacune de ces périodes historiques.

De manière surprenante, Hilaire Belloc consacre tout un chapitre à « l’hérésie de Mahomet ». Mais en quoi peut-on qualifier l’islam d’hérésie chrétienne ?

L’islam reprend à son compte nombre d’éléments de la doctrine chrétienne. Il en propose une version simplifiée tout en rejetant les mystères de l’Incarnation et de la Trinité. Témoin de son émergence, saint Jean Damascène avait le premier défini l’islam comme une hérésie, suivi par des générations de chrétiens. Cela dit, il s’agit d’une hérésie exceptionnelle, tout extérieure, qui a progressé par l’épée et par un certain réformisme…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Philippe Maxence

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
A la uneCultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
A la uneCultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création
A la uneEgliseMagistèreThéologie

Jean Madiran : lecteur critique de Gustave Thibon

Dossier « Jean Madiran et Gustave Thibon, un compagnonnage intellectuel ? » | Considéré par les lecteurs d’Itinéraires comme un collaborateur régulier de la revue, Gustave Thibon n’y donna en réalité qu’épisodiquement des articles, marquant toujours une certaine réserve par rapport au contenu. Directeur de la revue, Jean Madiran le sollicita à de nombreuses reprises mais s’éloigna de plus en plus du philosophe. Retour sur la rencontre de deux grandes figures qui évoluèrent différemment.

+

gustave thibon jean madiran