L’exposition | L’Hôtel de la marine enfin restauré !

Publié le 06 Juil 2021
L'exposition | L'Hôtel de la marine enfin restauré ! L'Homme Nouveau

C’est un lieu chargé d’histoire qui vient de rouvrir ses portes après quatre années de travaux. Les admirateurs du XVIIIe siècle seront comblés. L’hôtel de la Marine de Paris a été entièrement restauré. Il faut reconnaître un travail inouï. Deux circuits payants sont proposés aux visiteurs : l’un bref, l’autre plus long. Les cours sont d’accès libres.

À l’étage, l’appartement de l’intendant dont les peintures murales du XVIIIe siècle ont été retrouvées sous de nombreuses couches de repeints ou papiers muraux, est assez fascinant par ses dimensions et son harmonie. Que de luxe cependant ! Les nouveaux rideaux ont été fabriqués avec des tissus d’époque. Les papiers floraux ont été copiés et réalisés à l’ancienne avec une volonté de les rendre patinés. Beaucoup de mobiliers prêtés ou déposés par le musée du Louvre, celui des arts décoratifs ou le mobilier national… ornent les différentes pièces. L’hôtel de la Marine lui-même en a acheté quelques-uns. Peu de lumière artificielle, les pièces sont éclairées par leurs grandes baies ouvrant sur la place de la Concorde, les rues adjacentes ou sur les cours intérieures mais aussi, comme au XVIIIe siècle, avec un système de bougies « électriques » d’une grande performance sur de superbes lustres.

Les salons du XIXe siècle sont également restaurés. Dans l’un d’eux, on découvre une « table des marins » ronde, en verre, qui permet aux visiteurs de repérer les itinéraires de grands navigateurs du XVIIIe au XXe siècle.

La création officielle de l’institution du Garde-Meuble de la Couronne par Louis XIV et Colbert date de 1663 mais la première pierre est posée en 1758. En 1765, l’Hôtel est affecté à ce rôle tandis qu’en 1772, Pierre-Élisabeth de Fontanieu, intendant du Garde-Meuble, y installe ses appartements. En 1784, Marc-Antoine Thierry de Ville-d’Avray lui succède. En 1789, Louis XVI est contraint par les révolutionnaires de quitter Versailles pour Paris, cela entraîne le transfert dans la capitale des administrations du royaume. C’est ainsi que le ministère de la Marine s’est installé dans une partie de ce splendide hôtel et y restera jusqu’en 2015.

Un lieu témoin de l’histoire !

Hôtel de la Marine, 2 place de la Concorde, 75008 Paris.
Site : https://www.hotel-de-la-marine.paris/

Ouvert tous les jours : Lundi, mercredi, samedi et dimanche de 10 h 30 à 19 h (fermeture de la billetterie à 18 h 15). Mardi : fermeture de la billetterie à 16 h 15. Jeudi : ouverture du monument à 12 h. Mercredi 14 juillet : ouverture du monument à 14 h. Nocturne le vendredi jusqu’à 22 h à partir du 2 juillet (fermeture de la billetterie à 21 h 15).

Ce contenu pourrait vous intéresser

CultureLectures

Une réédition du Triomphe pour le Prince Éric

Recension jeunesse | Les Éditions du Triomphe ont réédité les deux premiers tomes du Prince Éric cette année avec les illustrations originales. Retrouvez dans cette page culture une sélection de livres jeunesse pour l'été. Paru dans le n° 1812.

+

prince éric
CultureLettre Reconstruire

Le De Regno de saint Thomas d’Aquin

La Bibliothèque politique et sociale | Lettre Reconstruire n° 38 (juillet 2024) | L’un des ouvrages politiques de saint Thomas d’Aquin parmi les plus diffusés fut assurément le De Regno. Malgré quelques difficultés, ce traité expose des principes politiques, et, à ce titre, il reste toujours pertinent de le lire.

+

principes de politique Thomas de Reno
Culture

Le Dernier Homme : un homme nouveau

Carte Blanche de Judith Cabaud | Les livres de l’histoire contemporaine depuis l’époque de la Réforme, sont constellés d’écrits d’esprits forts qui souhaitent, par la raison humaine, un avenir sans Dieu. Des Encyclopédistes au Zarathoustra de Nietzsche, on a donc prophétisé, avec force détails, le nihilisme dans lequel nous baignons aujourd’hui et les comportements humains. Les chrétiens, qui sont les derniers hommes à suivre les pas du Christ ressuscité, seront forcément des hommes nouveaux.

+

huxley orwell homme nouveau