Miró, le peintre catalan, au Grand Palais

Publié le 21 Nov 2018
Miró, le peintre catalan, au Grand Palais L'Homme Nouveau

C’est un univers souvent étrange qui accueille le visiteur de l’exposition Miró au Grand Palais. Après quelques peintures figuratives, des œuvres de jeunesse, marquées par le fauvisme et le cubisme (La Rose 1916, Homme à la pipe, 1917), d’autres pleines de naïveté dans leurs dessins détaillés (l’amusant Potager à l’âne, 1918, ou la surprenante Ferme, 1921-1926), semblent annoncer celles qui vont suivre. C’est-à-dire un ensemble de toiles à la fois très construites et absurdes comme le sont souvent les rêves. Et cela vaut la peine de s’y arrêter. Le Carnaval d’Arlequin (1924-1925) montre un monde hallucinatoire à la Jérôme Bosch (mais sans référence religieuse) où se mêle une échelle, un dé, des petits animaux imaginaires étonnants… Plus loin, Le Chien aboyant à la Lune (1926) ou le Paysage au coq (1927) aux joyeux aplats de couleurs, toujours oniriques, sont chargés d’humour. Un univers flottant suit avec ses étranges constellations. Mais au fil des salles, l’inspiration du maître semble conduire à un certain vide, une peinture peut-être trop cérébrale qui finit par perdre de sa verve et de sa touchante poésie.

Joan Miró (1893-1983), peintre catalan, fils d’un horloger orfèvre, eut très jeune un goût marqué pour le dessin. En même temps qu’une école de commerce, il suit des cours à l’École des beaux-arts de la Lonja de Barcelone. À la suite d’une maladie, il part se reposer à la campagne à Montroig dans une ferme que sa famille vient d’acquérir et qui deviendra un lieu privilégié pour son inspiration. Entre 1920 et 1924, il partage son temps entre cette campagne et Paris où il a pour voisin André Masson. Après diverses expériences plastiques, il se met à la céramique et la sculpture dont un bon nombre est présenté dans l’exposition. À Majorque il réalise d’immenses triptyques. Entre 1956 et 1983, Miró a atteint une grande célébrité… Il meurt le 25 décembre 1983 à Palma de Majorque.

Jusqu’au 4 février 2019. Grand Palais, 3 avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris.

Tél. : 01 44 13 17 17.

Lundi, jeudi et dimanche de 10h à 20h. Mercredi, vendredi et samedi de 10h à 22h. Fermeture le mardi. Pendant les vacances de Noël du samedi 22 décembre 2018 au samedi 5 janvier 2019 : ouverture tous les jours sauf le mardi de 10h à 22h. Fermeture à 18h les 24 et 31 décembre 2018

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCulture

Que la Croix demeure ! Les aventures de SOS Calvaires, et autres récits

Recensions adultes | La Rédaction de L'Homme Nouveau vous propose une page culture, avec un choix de quelques récits comme Que la Croix demeure ! SOS Calvaires au secours du patrimoine ou bien Des gens sans importance. Petits récits du grand âge, ou encore En Provence sur les traces de Marie Madeleine, mais aussi quelques livres religieux, essais, CD ou DVD. Paru dans le n° 1810.

+

livres récit
Culture

Charette revisité

ENTRETIEN | Revenue sur le devant de la scène au moment de la sortie du film Vaincre ou Mourir, la figure de Charette, général de la Vendée militaire, vient de faire l’objet d’une nouvelle biographie par Anne Bernet. Entretien avec l’auteur sur un personnage clé de l’épopée contre-révolutionnaire, passionnant, controversé, héroïque et qui cache encore quelques mystères.

+

charette
CultureLectures

Le choix de votre quinzaine : Maggie Smith à Lourdes

Recension adultes | Le Club des Miracles raconte le périple jusqu'à Lourdes de quatre irlandaises (dont Maggie Smith), qui aspirent toutes à un miracle. Dans cette page de recension retrouvez aussi des livres de spiritualité, un essai sur Simon Leys, un CD de Lang Lang et quelques autres sélections. Paru dans le n° 1809.

+

Maggie Smith
CultureLectures

Faire découvrir aux enfants sainte Faustine et la Miséricorde Divine

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Le livre Carlo Acutis et les miracles eucharistiques n'est pas une ultime biographie, mais raconte et explique sa grande exposition sur les miracles eucharistiques.Paru dans le n°1809.

+

Carlo Acutis garçon lecture
Culture

L’exposition : Un œil passionné. Douze ans d’acquisitions de Ger Luijten

La Fondation Custodia, un lieu unique dans Paris, un peu confidentiel, où sont présentées des expositions remarquables, rend hommage à son précédent directeur Ger Luijten, disparu prématurément en décembre 2022. Cet homme passionné, érudit et fin connaisseur a toujours cherché à être fidèle à l’esprit du grand collectionneur Frits Lugt (1884-1970) à l’origine de cette Fondation. Pendant douze années il dirigea ce lieu et mena une politique d’acquisition intense. Environ 10 000 œuvres sont entrées dans les collections de ce superbe hôtel particulier. Une sélection de 140 œuvres est proposée au regard du visiteur.

+

Ger Luijten