Musée Cernuschi : réouverture

Publié le 18 Mai 2020
Musée Cernuschi : réouverture L'Homme Nouveau

À Paris, le musée Cernuschi, après une campagne de rénovation de plusieurs mois, a ouvert ses portes début mars pour les fermer presque aussitôt à cause de l’épidémie du coronavirus. Mais dès qu’il rouvrira, il faut absolument aller découvrir sa nouvelle présentation qui montre dans une belle scénographie, 430 nouveaux objets sur le 650 présentés, tous d’une très belle qualité artistique.

C’est d’abord la collection initiée par Henri Cernuschi (1821-1896), fondateur de ce musée dans son hôtel particulier, qui ouvre l’exposition mettant en avant le Japon et la Chine. Puis, on entre dans l’histoire de ce grand pays depuis la période du Néolithique jusqu’au XXIe siècle. Le long du parcours des vitrines confirment les liens entre la Chine, la Corée, le Japon et le Vietnam.

Un superbe Disque à décor d’oiseau en néphrite (vers 2100 av J.-C.), d’impressionnants vases en bronze dont le fameux Vase You dit « La Tigresse » – datant du XIe siècle avant notre ère et montrant le félin protégeant un petit être humain blotti entre ses pattes sous des dents acérées –, et autres merveilles se succèdent. Des vases Wenzu ornés d’acrobates et de belles statuettes appartenant à l’art funéraire témoignent du culte rendu aux riches défunts. Des objets jamais montrés, provenant de l’ex-Indochine, sont mis en avant. Et l’on découvre ainsi leurs liens avec l’art chinois mais également ce qui les différencie suivant les différentes écoles.

Un grand espace est réservé à l’art bouddhique avec une des pièces maîtresse de la collection : Buddha Amida, acquise par Cernuschi lors de son voyage en Extrême Orient. D’une hauteur de 4,40 m, c’est une des plus grandes sculptures japonaises hors de son pays d’origine. Autour, différentes pièces sont données à contempler, dont une remarquable stèle funéraire couverte de bas-relief figuratif.

Les deux dernières salles illustrent le XXe et le XXIe siècle avec une douce Maternité (1947) en bronze de Hua Tianyou (1901-1986) ou encore un bol en céramique peint par Zao Wou-Ki (1920-2013). 

Une visite passionnante à ne surtout pas manquer dès que la période de confinement sera terminée. Les collections permanentes sont gratuites, n’hésitez pas à vous y rendre.

Musée Cernuschi, 7 avenue Vélasquez, 75008 Paris. Tél. : 01 53 96 21 50. Du mardi au dimanche, de 10h à 18h.

Le musée est fermé jusqu’à nouvel ordre (COVID-19)

Ce contenu pourrait vous intéresser

CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi
Culture

Figurer Jeanne d’Arc à Orléans

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), nous donnons la parole à Bénédicte Baranger, présidente du comité Jeanne d'Arc d'Orléans, et ancienne Jeanne 1975. Elle nous raconte le rôle de la Jeanne et l'importance de cette figuration pour le public et la jeune fille désignée. La Jeanne 2024 sera présentée le 12 février prochain.

+

jeanne d'arc
CultureSociété

Jeanne d’Arc et les jeux vidéos

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), voici une revue des divers jeux vidéos existants autour du personnage de Jeanne d'Arc. Dans la plupart de ces jeux, Jeanne est présentée plus comme chef de combat que comme sainte, et le contexte y est violent.

+

jeanne d'arc jeux vidéo