On attend tout simplement des évêques qu’ils réorganisent au plus vite la reprise du culte

Publié le 29 Avr 2020
On attend tout simplement des évêques qu’ils réorganisent au plus vite la reprise du culte L'Homme Nouveau

Dans le monde entier, avec des degrés et des variantes, et aussi quelques belles exceptions, lors de la crise sanitaire présente, les épiscopats nationaux, se sont soumis aux directives étatiques concernant l’exercice du culte, sans en défendre la liberté (liberté qui aurait été assortie, au nom du bien commun, de règles semblables à celles auxquelles sont soumises les activités autorisées).

En France, le dernier épisode est le suivant : le 28 avril, à 15h, le chef du gouvernement annonce les mesures de « déconfinement » : commerces, activités économiques, écoles, vont revivre avec des précautions et restrictions, mais à l’exception des cérémonies d’enterrement célébrées devant 20 personnes au maximum, aucune cérémonie religieuse ne pourra se dérouler jusqu’au 2 juin ; quelques heures plus tard, le Bureau permanent de la Conférence des Evêques fait savoir qu’il «prend acte avec regret de cette date qui est imposée aux catholiques et à toutes les religions de notre pays ».

Avec regret ?

Avec regret : c’est bien le moins, s’agissant de l’interdiction faite au Christ et à l’Eglise de célébrer le sacrifice de la messe. Un certain nombre évêques – d’autres suivront certainement – sont passés du regret à la colère, envisagent des pressions, des sollicitations, des protestations. C’est très bien, vraiment très bien, et on ne peut que les féliciter. Mais c’est tout.

Il semble qu’il ne vient à aucun la pensée qu’il a, comme évêque, un pouvoir propre, totalement indépendant du pouvoir de César, en ce qui concerne le domaine spirituel. C’est l’évêque qui donne les règles du culte, et non le chef du gouvernement, ni le préfet de police. En fait, ce qu’on attend des Successeurs des Apôtres hic et nunc, c’est que, sans prendre de posture, sans provocation inutile, qu’ils organisent tout simplement la reprise du culte, prudente, assortie de précautions, mais la plus rapide possible. La police verbalisera ? Elle imposera des amendes ? Au pire du pire, un évêque sera mis en garde à vue ? La belle affaire.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création