Quelle logique dans notre monde ?

Publié le 19 Mai 2023

Sans amour, il n'y a pas de liberté !

On sait que notre survie sur cette planète est menacée par le déclin du nombre des naissances et la baisse de la population ; la situation des futurs retraités et des personnes âgées ne cesse de s’aggraver. Ce sont des constats objectifs dans tous les pays développés du monde. La logique voudrait que nos gouvernements prévoient, comme c’est leur métier, des solutions qui permettent le rééquilibrage de la démographie par une politique harmonieuse de la famille, seul moyen naturel par lequel naissent les générations futures et partent les anciennes. Au contraire, on renchérit la limitation des naissances par l’avortement. Tout en déplorant les chiffres déclinants de la démographie, on veut que cet acte éliminatoire de population soit inscrit dans la Constitution. On y ajoutera sans doute l’euthanasie pour les seniors défaillants. Dans quel monde veut-on nous conduire ? Beaucoup d’éléments sont en cause. Il est vrai que le travail de la femme, devenu aujourd’hui nécessaire pour faire vivre un ménage, décourage la venue au monde des enfants, pourtant futurs consommateurs. Alors pourquoi ne pas offrir aux femmes en âge de procréer un surcroît plus important de trimestres pour leur retraite au lieu de les diminuer ? Par quel chemin tordu de telles contradictions deviennent-elles un droit constitutionnel ? Autre montagne à franchir : l’écologie. Comment concilie-t-on la vie en bio avec le refus de la vie ? Jusqu’à présent, les enfants viennent au monde de la même manière que leurs ancêtres : la rencontre des gamètes de leur père et de leur mère, voulue, si j’ose le dire encore, par la nature. Faut-il seulement manger bio et trier les poubelles pour améliorer le monde dépeuplé de demain ? On contribue à préparer plutôt un État providentiel rêvé par Big Brother qui contrôlera tout de la vie jusqu’à la mort. Où est passée la liberté à laquelle on aspire tant ? Plus que l’égalité et la fraternité qui en découlent, la liberté est faite en partie d’improvisation. Un enfant qui s’annonce sur le tard ou dans une famille déjà nombreuse peut devenir une chance. Je pense à David, petit rouquin dernier-né devenu roi d’Israël ; un vieux qui souffle ses cent bougies peut, lui aussi, présenter les fruits de sa longévité à Dieu (Abraham avait 99 ans). La diversité biologique révérée des écolos est…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Judith Cabaud

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création