Rencontre avec deux écrivains : Natalia Samnartin et Jean Manuel de Prada

Publié le 11 Mar 2015
Rencontre avec deux écrivains : Natalia Samnartin et Jean Manuel de Prada L'Homme Nouveau

Samedi dernier avait lieu à Madrid une rencontre littéraire de haut niveau entre deux romanciers catholiques : Natalia Sanmartin Fenollera et Juan Manuel de Prada. Réunis par le Conseil des études hispaniques Philippe II (Consejo de Estudios Hispánicos Felipe II), les deux écrivains ont échangé sous la houlette du professeur de droit constitutionnel Miguel Ayuso, avec la complicité de l’abbé José Ramon Garcia Gallardo.

L’Homme Nouveau a publié en avril dernier (n° 1564) un entretien avec Natalia Sanmartin Fenollera à propos de son roman L’Éveil de mademoiselle Prim (Grasset). Un premier roman qui a rencontré un succès mondial et qui, tout en finesse, contient plusieurs niveaux de lecture que l’auteur s’est plu à expliquer samedi dernier, à Madrid.

Face à la modernité

Derrière la romance d’une histoire d’amour, Natalia Sanmartin Fenollera aborde, en fait, les thèmes de l’éducation, de la vie sociale, de la théologie, en faisant appel à un grand nombre d’auteurs anglo-saxons et en mettant en avant la voie de la beauté et de la contemplation. Elle n’a pas caché, devant ses auditeurs, que son héros, l’intelligente et très féminine mademoiselle Prim, lui a permis de lancer une « déclaration de guerre à la modernité ». Ce sont bien les bases de la civilisation occidentale qu’elle entend faire vivre et aimer dans ce roman que des critiques trop pressés (pour ne pas dire plus) n’ont absolument pas compris.

Sanmartin

À vrai dire, en voyant, ce soir-là, Natalia Sanmartin Fenollera expliquer sa démarche, défendre son roman, on reste étonné devant le contraste saisissant entre la force de ses convictions, la fermeté de son propos, l’aisance de son intervention et son aspect frêle, comme si cette jeune journaliste de la presse économique (groupe El País), qui n’hésite pas à réciter son bénédicité devant ses collègues incroyants, d’abord interloqués et finalement respectueux, s’était égarée sur un champ de bataille. Ce samedi, à Madrid, les yeux brillants d’intelligence, un large sourire aux lèvres, parlant avec passion et sans notes, Natalia Sanmartin Fenollera a laissé le rire prendre sa place aux milieux des combats.

De son côté, le grand romancier espagnol qu’est Juan Manuel de Prada (sur lequel L’Homme Nouveau reviendra prochainement) apparaissait comme un géant, bien à sa place dans cette guerre qui oppose le christianisme au monde moderne. Dans l’entretien qu’il nous a accordé avant cette séance publique, Prada nous confiait qu’il se sentait d’ailleurs plus héritier de Léon Bloy que de son filleul, Jacques Maritain…

Deux univers romanesques

À Madrid, ce soir-là, le contraste entre deux romanciers espagnols n’était pas seulement physique. Tout semble séparer Natalia Sanmartin Fenollera de Juan Manuel de Prada. Leurs univers romanesques sont aux antipodes. La jeune femme a écrit un roman où la conversion, non dite, mais fortement suggérée, passe par la découverte des bases de la culture occidentale, par l’aspiration au beau, le souhait de sortir des dilemmes des effets de la modernité. Des solutions plus sociales sont également esquissées, par elle, avec la mise en avant du recours à des formes de vie respectueuses des rythmes de vie et par la référence au distributisme de G.K. Chesterton et de Hilaire Belloc. De son côté, Juan Manuel de Prada ausculte la face sombre de l’âme humaine, le déchaînement du mal, la perdition qui en résulte, tout en s’interrogeant constamment sur les raisons qui ont conduit une société chrétienne à l’origine (l’Espagne) à s’effondrer aussi rapidement, en tombant dans la déchéance.

Unité par le haut

Prada

Ce contraste entre deux univers romanesques et entre deux écrivains était au cœur de la rencontre de ce samedi, à Madrid. Mais ce contraste (qui va jusqu’aux différences de solutions politiques) n’est pas à exagérer non plus. Derrière leurs différences, réelles et parfois également complémentaires, Natalia Sanmartin Fenollera et Juan Manuel de Prada représentent deux faces du catholicisme, tout en restant unis par le haut dans leur refus de la modernité (laquelle s’est construite en opposition radicale au catholicisme). Loin de tomber dans le règne totalitaire de l’univocité ou dans la tromperie de l’équivocité, les œuvres de ces deux romanciers permettent de saisir la force du bien tout autant que la réalité de la nature déchue par le péché originel. Le réel existe bien mais c’est sa complexité qui souvent nous échappe parce que nous tentons de l’enfermer dans notre intelligence quand nous ne nous laissons pas aller à l’imaginer alors qu’il faudrait que notre intelligence entre en adéquation avec lui par le biais de la contemplation.

L’Espagne, qui connaît aujourd’hui une situation en bien des points pire que celle de la France, a su susciter des anticorps. Il faut remercier Miguel Ayuso, la revue Verbo et le Consejo de Estudios Hispánicos Felipe II d’organiser de telles rencontres. 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCulture

Que la Croix demeure ! Les aventures de SOS Calvaires, et autres récits

Recensions adultes | La Rédaction de L'Homme Nouveau vous propose une page culture, avec un choix de quelques récits comme Que la Croix demeure ! SOS Calvaires au secours du patrimoine ou bien Des gens sans importance. Petits récits du grand âge, ou encore En Provence sur les traces de Marie Madeleine, mais aussi quelques livres religieux, essais, CD ou DVD. Paru dans le n° 1810.

+

livres
Culture

Charette revisité

ENTRETIEN | Revenue sur le devant de la scène au moment de la sortie du film Vaincre ou Mourir, la figure de Charette, général de la Vendée militaire, vient de faire l’objet d’une nouvelle biographie par Anne Bernet. Entretien avec l’auteur sur un personnage clé de l’épopée contre-révolutionnaire, passionnant, controversé, héroïque et qui cache encore quelques mystères.

+

charette
CultureLectures

Le choix de votre quinzaine : Maggie Smith à Lourdes

Recension adultes | Le Club des Miracles raconte le périple jusqu'à Lourdes de quatre irlandaises (dont Maggie Smith), qui aspirent toutes à un miracle. Dans cette page de recension retrouvez aussi des livres de spiritualité, un essai sur Simon Leys, un CD de Lang Lang et quelques autres sélections. Paru dans le n° 1809.

+

Maggie Smith
CultureLectures

Faire découvrir aux enfants sainte Faustine et la Miséricorde Divine

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Le livre Carlo Acutis et les miracles eucharistiques n'est pas une ultime biographie, mais raconte et explique sa grande exposition sur les miracles eucharistiques.Paru dans le n°1809.

+

Carlo Acutis garçon lecture
Culture

L’exposition : Un œil passionné. Douze ans d’acquisitions de Ger Luijten

La Fondation Custodia, un lieu unique dans Paris, un peu confidentiel, où sont présentées des expositions remarquables, rend hommage à son précédent directeur Ger Luijten, disparu prématurément en décembre 2022. Cet homme passionné, érudit et fin connaisseur a toujours cherché à être fidèle à l’esprit du grand collectionneur Frits Lugt (1884-1970) à l’origine de cette Fondation. Pendant douze années il dirigea ce lieu et mena une politique d’acquisition intense. Environ 10 000 œuvres sont entrées dans les collections de ce superbe hôtel particulier. Une sélection de 140 œuvres est proposée au regard du visiteur.

+

Ger Luijten