Sa Sainteté parmi les astres

Publié le 21 Mar 2023
sainteté

Ugo Boncompagni : ce nom ne vous dit sans doute rien… Peut-être connaissez-vous davantage celui de Grégoire XIII (1502-1585), un des successeurs de saint Pierre, qui régna au Vatican à la fin du XVIe siècle et qui est à l’origine de notre calendrier grégorien ? Ce même nom est désormais célèbre sur la terre comme dans les astres : en février 2023, l’Observatoire du Vatican a en effet annoncé dans son bulletin mensuel que l’Union astronomique internationale avait baptisé un astéroïde du nom de naissance du souverain pontife. C’est en 2012 qu’un nouvel astéroïde est découvert par l’Observatoire : il porte le numéro 560794 et accompagne trois autres astéroïdes également situés entre Mars et Jupiter. Il aura fallu attendre une décennie pour que le groupe de travail sur la dénomination des petits corps célestes annonce officiellement dans son bulletin mensuel le baptême de ces nouveaux objets astronomiques. Mais pourquoi donc avoir choisi de rendre hommage à un pape décédé il y a près de cinq siècles ? De 1572 à 1585, Grégoire XIII siège sur le trône pontifical. Homme d’influence et de renom, il travaille notamment à la mise en application des décrets du concile de Trente et favorise grandement études et séminaires. Le Collège romain devient par conséquent « l’Université grégorienne » et son nom reste à jamais lié à la réforme du calendrier de 1582. Mais Sa Sainteté Grégoire XIII n’a pas seulement réformé le calendrier puisqu’il a également contribué à d’importantes avancées astrologiques et encouragé la science. En 1580, le Saint-Père fait ériger la « Tour des Vents », édifice de 73 mètres de hauteur utilisé dans le contexte de la réforme du calendrier pour les études de l’Observatoire du Vatican. C’est donc sous son pontificat et son influence que cet observatoire voit le jour en 1582. Il est aujourd’hui composé d’une douzaine d’experts ecclésiastiques qui étudient cette vaste question de la cosmologie et tentent de comprendre un peu mieux les nombreux secrets que cache l’Univers. En outre, l’Union astronomique internationale a également annoncé l’affiliation de trois astéroïdes à trois pères jésuites. Ainsi, les astéroïdes 562971, 551878 et 565184 deviennent respectivement Johannhagen, Stoeger et Janusz, témoignant des riches contributions savantes de ces experts en théorie galiléenne, cosmologie et matière interstellaire… Mais ne soyez pas surpris : ce n’est pas la première fois que des astres empruntent le nom d’une personnalité religieuse, puisque l’on en compte au total près de…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Sixtine Bonfils

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureEglise de France

Mgr Chappoulie, évêque d’Angers

Carte blanche d'Yves Chiron | La nouvelle biographie Mgr Chappoulie, de Vichy à l’épiscopat d’Angers écrite par l'abbé Serge-Daniel Ekani est parue fin 2023 aux éditions de L'Harmattan. Elle décrit la vie de celui qui fut le lien entre l'Église et l'État français entre 1940 et 1944, et qui œuvra longtemps dans les organismes missionnaires.

+

Mgr Chappoulie
Culture

Un vin aux armes du Saint-Siège pour 2026 

Focus | À proximité des spectaculaires jardins de Castel Gandolfo, surplombant le lac d’Albano, le Vatican possède depuis 2020 deux hectares de vigne, dont le vin, maturé en fûts de chêne, sera embouteillé pour la première fois en 2026. Portant une étiquette aux armes du Saint-Siège, ces bouteilles seront destinées uniquement au Vatican, pour la table du Pape. Le reste sera vendu exclusivement au sein de l’Annona, le supermarché détaxé réservé aux employés de l’enclave. 

+

vin castel Gandolfo