Un prêtre sous la Terreur, l’abbé Souffrant

Publié le 07 Déc 2022
prêtre

Il y aurait une histoire du sacerdoce pendant la Révolution à écrire, qui s’attacherait davantage aux hommes et à leurs engagements qu’aux statistiques. À défaut de cette somme, existent des monographies de prêtres, souvent bicentenaires, qui, même si le style a vieilli, ont le mérite de raconter les parcours tumultueux de confesseurs de la foi et de martyrs dignes d’intérêt et de respect.

Après avoir réédité une vie de l’abbé Martial de Savignac, curé de Vaiges en Mayenne, prêtre insermenté, aumônier de la division chouanne du colonel de Tercier, fusillé à Laval en 1796, les éditions Résiac tirent de l’oubli l’essai biographique que l’abbé Cerisier consacra en 1872 au curé de Maumusson, en Loire-Atlantique, l’abbé Mathurin Souffrant. (Résiac, 95 p., 8 €)

Vie abbé Souffrant prêtre

Le nom de l’abbé Souffrant reste familier dans certains milieux en raison des prophéties qui lui sont attribuées ; nous y reviendrons mais, disons-le tout de suite, c’est bien l’homme et le prêtre, non le prophète supposé qui mérite d’être connu.

S’il est vrai que le sacerdoce subit en France, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, une incontestable baisse de qualité, il n’empêche qu’un très grand nombre de prêtres, la majorité en bien des régions, demeura héroïquement fidèle dans l’épreuve, bravant persécution et supplices. L’abbé Souffrant, dont le caractère affirmé, voire violent, laisse parfois penser à Don Camillo, fut de cette espèce.

Il était né dans un milieu paysan très modeste le 27 mars 1755 à Notre-Dame de Roche Blanche au diocèse de Nantes. Le vicaire de la paroisse de Saint-Herblon s’avisa de sa piété et son intelligence, décida de le pousser vers le sacerdoce, et y parvint, malgré les réticences des parents, et même celles du gamin, qui fugua un jour de chez son curé pour retourner à la vigne paternelle. Ramené dans le droit chemin, comprenant que Dieu ne le voulait pas à travailler la terre, l’abbé Souffrant fut ordonné en 1780 et nommé vicaire à Maumusson, paroisse qu’il ne voulut jamais quitter jusqu’à sa mort en 1828.

Dans l’intervalle, la Révolution, qu’il détesta d’emblée, l’arracha à son existence pieuse, édifiante et paisible pour le jeter dans la résistance. Opposant au serment constitutionnel, dont il détourna nombre de ses confrères, et son curé mort martyr en 1794, victime des colonnes infernales, l’abbé Souffrant ne quitta jamais Maumusson et s’y cacha tant que dura la persécution, échappant en maintes occasions à la mort, protégé autant par le Ciel que par ses paroissiens.

Même ceux qui pensent bien connaître les souffrances de l’Ouest catholique seront touchés par le courage et le dévouement de ces populations chrétiennes, prêtes à mourir pour conserver leurs prêtres, la messe et les sacrements. L’abbé Souffrant mesurait les sacrifices acceptés, au péril de leur vie, par ces gens, mais considérait, dans une perspective que nous avons perdue, que le salut des âmes primait sur la conservation de cette existence passagère et que l’éternité bienheureuse se payait au prix fort.

L’homme a des côtés abrupts, la tolérance ne fut, à l’évidence, jamais son affaire mais il ne manquait ni de charité, ni de bonté, ni d’un sens de l’humour un peu taquin quand il s’agissait d’asticoter un Bleu aventuré sous son toit.

Royaliste à chaux et à sable, il ne dévia jamais de sa route, que ce fût sous la Terreur, le Consulat, l’Empire ou la Restauration qu’il croyait destinée à ne point durer.
Faut-il voir dans ses annonces d’une chute inévitable de la monarchie restaurée véritable prescience de l’avenir, comme ses proches le crurent, ou clairvoyance d’un homme capable d’analyser les événements et d’en tirer des conclusions ?

S’il lui arriva d’avoir le pressentiment d’un décès ou d’une guérison, annonces que les faits vérifièrent, les « prophéties » qui lui sont attribuées, sans que l’on sache d’ailleurs ce qui relève d’interpolations tardives empruntées aux écrits d’un religieux allemand qu’il avait lus et traduits, laissent dubitatif.

L’abbé Souffrant interprétait, il ne fut pas le seul et l’on ne saurait lui donner tort, les événements révolutionnaires comme le prélude de l’Apocalypse. Mais il voulut, ou on voulut lui faire mettre des dates trop précises sur les événements qu’il annonçait. Ainsi l’arrivée de l’Antéchrist dans les années 1890 et sa mort en 1911 ont-elles été, évidemment, controuvées. D’un strict point de vue catholique, une certaine inclination pour le millénarisme et l’hypothèse d’un règne terrestre du Christ, largement reprises par d’autres ensuite, incite à la prudence.

Il n’empêche que l’annonce de la venue d’un Grand Monarque, issu d’un « rameau coupé » de la Maison de Bourbon, descendant de Louis XVII, au terme de guerres et d’invasions qui épargneront l’Ouest fidèle restent, aujourd’hui encore, profondément ancrées dans l’imaginaire de beaucoup. Faut-il le leur reprocher, s’ils trouvent là un moyen d’espérer ?

 

A lire également : Jean-Pierre Calloc’h, un moine-soldat breton dans la guerre de 14

Anne Bernet

Ce contenu pourrait vous intéresser

Culture

Charette revisité

ENTRETIEN | Revenue sur le devant de la scène au moment de la sortie du film Vaincre ou Mourir, la figure de Charette, général de la Vendée militaire, vient de faire l’objet d’une nouvelle biographie par Anne Bernet. Entretien avec l’auteur sur un personnage clé de l’épopée contre-révolutionnaire, passionnant, controversé, héroïque et qui cache encore quelques mystères.

+

charette
CultureLectures

Le choix de votre quinzaine : Maggie Smith à Lourdes

Recension adultes | Le Club des Miracles raconte le périple jusqu'à Lourdes de quatre irlandaises (dont Maggie Smith), qui aspirent toutes à un miracle. Dans cette page de recension retrouvez aussi des livres de spiritualité, un essai sur Simon Leys, un CD de Lang Lang et quelques autres sélections. Paru dans le n° 1809.

+

Maggie Smith
CultureLectures

Faire découvrir aux enfants sainte Faustine et la Miséricorde Divine

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Le livre Carlo Acutis et les miracles eucharistiques n'est pas une ultime biographie, mais raconte et explique sa grande exposition sur les miracles eucharistiques.Paru dans le n°1809.

+

Carlo Acutis garçon lecture
Culture

L’exposition : Un œil passionné. Douze ans d’acquisitions de Ger Luijten

La Fondation Custodia, un lieu unique dans Paris, un peu confidentiel, où sont présentées des expositions remarquables, rend hommage à son précédent directeur Ger Luijten, disparu prématurément en décembre 2022. Cet homme passionné, érudit et fin connaisseur a toujours cherché à être fidèle à l’esprit du grand collectionneur Frits Lugt (1884-1970) à l’origine de cette Fondation. Pendant douze années il dirigea ce lieu et mena une politique d’acquisition intense. Environ 10 000 œuvres sont entrées dans les collections de ce superbe hôtel particulier. Une sélection de 140 œuvres est proposée au regard du visiteur.

+

Ger Luijten
CultureDoctrine socialeLettre ReconstruirePhilosophie

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote