2022, année de réflexion

Publié le 30 Déc 2022

Caractéristique de l’année 2022, les pouvoirs en place ont de plus en plus peur des peuples qu’ils dirigent. En janvier, quand, à la suite de la hausse du prix du carburant, des manifestations éclataient au Kazakhstan, le président Kassym-Jomart Tokaïev appela sans attendre les forces spéciales russes à la rescousse. En Iran, depuis le 16 septembre, des manifestations se multiplient à travers le pays à la suite de la mort en prison de Mahsa Amini. Celle-ci, arrêtée sur la voie publique, ne portait pas son voile en conformité avec la loi des mollahs. Certes, il aurait suffi d’un allègement de cette législation pour calmer les ardeurs. Mais la caste religieuse craint que le moindre assouplissement n’emporte tout l’édifice de son despotisme. Alors les forces de l’ordre tuent (déjà plus de 500 morts). Autre réponse du régime : prendre en otages des étrangers de passage sur son territoire pour empêcher l’Occident de soutenir la fronde. Sept Français sont aujourd’hui retenus, victimes de cet ignoble chantage. On le voit aussi en Chine où le gouvernement, le 7 décembre, annonçait la suspension du confinement contre la pandémie du Covid. Simplement à cause des nombreuses protestations publiques dénonçant les mesures sanitaires dans tout le pays. La peur touche même le pouvoir en France ! Un nombre croissant de caméras fleurissent discrètement, parsemant l’espace des grandes villes. À Paris, tout attroupement notable est repéré dans un PC bourré d’écrans et une patrouille de policiers rapidement dépêchée sur place. Par ailleurs, des centaines d’euros sont distribuées par l’État pour amortir le choc de l’augmentation du carburant. Depuis l’époque romaine, démocratie ou pas, rien n’a changé : « Du pain et des jeux ». Comme ce fut le cas lors du Mondial de football au Qatar. Si cela ne suffit pas, la force est employée. Parce que l’hyper-communication, agissant sur un monde surpeuplé, transforme celui-ci en accélérateur de passions et de réactions. Nos dirigeants ont raison d’avoir peur. Mais en Occident, ils voient mal un autre danger qui se profile : le renversement stratégique en marche. Cette année, l’étape la plus importante de ce phénomène a eu lieu le 24 février avec le déclenchement de la guerre en Ukraine. Vladimir Poutine s’est choisi un ennemi à l’ouest, quand le danger venait pour lui de l’est, de la Chine. Pourquoi ? Ce pays est devenu le principal atelier du reste du monde. Il a bâti sa puissance sur cette…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Davos n’est plus ce qu’il était

Le dernier Forum de Davos (1) s’est déroulé du 16 au 20 janvier derniers. Comme une bulle de savon, il a miroité au soleil, moins que d’habitude, pour éclater plus tôt. Tous les médias en conviennent, pendant l’édition de 2023, Davos a perdu de son prestige. 

+

1777 Chevalreias Greta Thunberg davos
International

La tradition pro-vie des Philippines

Cette résistance s’explique par la longue tradition pro-vie qui imprègne l’archipel. En 2006, Gloria Arroyo, alors présidente des Philippines, s’était engagée à mettre son veto à toute loi légalisant l’avortement dans son pays.

+

shutterstock 65158405 davos
International

Système international des droits de l’homme : corruption et influence

Le scandale de corruption qui vient d’éclater à la Commission européenne pose la question de la façon dont des ONG, des fondations privées ou même des États pèsent sur les instances internationales. Au moment où l’European Centre for Law and Justice alerte sur le financement occulte de plusieurs experts de l’Onu, l’un de ses chercheurs associés explique la mainmise de certains sur les entités censées défendre les Droits de l’homme...

+

1774 ECLJ George Soros davos
International

La Hongrie au ban de l’Europe

Selon Bruxelles, le système politique hongrois est basé sur la corruption. Les passations de marchés publics manqueraient de clarté et les proches de Viktor Orban, le Premier ministre, s’enrichiraient aux dépens du pays. D’autre part, le système judiciaire manquerait d’indépendance vis-à-vis de l’exécutif qui pèserait sur les juges pour protéger ses clients.

+

Hongrie