Christ-Roi 4/4 : Foi et politique, entretien avec Alexander Tschugguel

Publié le 01 Déc 2022
En 1922, Pie XI appelle les fidèles catholiques à participer l’édification de cités pleinement chrétiennes où le Christ régnerait dans les cœurs mais aussi sur les sociétés. Une requête toujours d’actualité à laquelle l’Institut Saint-Boniface répond aujourd’hui en promouvant la réconciliation de la foi catholique avec la vie publique. Entretien avec Alexander Tschugguel, Fondateur de l’Institut Saint-Boniface.
Comment est né votre institut ? Quel est son but ?

Notre organisation a été créée il y a trois ans, après le fameux synode sur l’Amazonie au Vatican. Je suis devenu assez connu à cause de mon action qui a consisté à jeter dans le Tibre une pachamama, présente dans une église, en me filmant. Après cela, en revenant à Vienne, beaucoup nous ont de-mandé ce qu’ils pouvaient faire, comment nous devions agir. Nous avons donc décidé de fonder l’Institut Saint-Boniface afin de permettre aux gens de se mettre en lien. Notre objectif est de promouvoir la foi catholique et sa doctrine, mais aussi un point de vue plus global du catholicisme, de manière à ne pas distinguer notre vie quotidienne de la vie publique. Nous croyons que la foi catholique doit former tous les aspects de notre vie.

Les catholiques autrichiens assument-ils publiquement leur foi ? Est-elle revendiquée politiquement ?

Notre Église est assez bien acceptée dans la vie quotidienne. Évidemment, elle ne l’est pas ici à Vienne, dans la sphère politique. Mais si vous allez à la campagne, c’est un peu démodé, mais plutôt bien vu. Officiellement, une majorité d’Autrichiens se déclarent comme catholiques ainsi qu’une majorité de nos hommes politiques, donc nous n’avons pas de problème à ce niveau-là. Cependant, il est extrêmement rare de trouver quelqu’un qui en politique parle du catholicisme comme de sa ligne directrice.

Quels sont donc vos arguments pour justifier cette foi assumée dans vos actions politiques ?

Je pense que la démonstration est assez simple. Tout d’abord, le Christ lui-même nous a dit que nous devions propager l’Évangile partout dans le monde. Si nous devons le faire, cela signifie qu’il faut aussi suivre les règles divines dans nos vies. Elles doivent conditionner notre manière d’agir dans le monde et nous mener à vivre une vie vertueuse. Si vous le faites, vous verrez que vous aurez besoin de vous battre contre certaines valeurs dans la sphère publique qui peuvent vous empêcher de vivre chrétiennement. Par exemple, si je veux aller à…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Davos n’est plus ce qu’il était

Le dernier Forum de Davos (1) s’est déroulé du 16 au 20 janvier derniers. Comme une bulle de savon, il a miroité au soleil, moins que d’habitude, pour éclater plus tôt. Tous les médias en conviennent, pendant l’édition de 2023, Davos a perdu de son prestige. 

+

1777 Chevalreias Greta Thunberg davos
International

La tradition pro-vie des Philippines

Cette résistance s’explique par la longue tradition pro-vie qui imprègne l’archipel. En 2006, Gloria Arroyo, alors présidente des Philippines, s’était engagée à mettre son veto à toute loi légalisant l’avortement dans son pays.

+

shutterstock 65158405 davos
International

Système international des droits de l’homme : corruption et influence

Le scandale de corruption qui vient d’éclater à la Commission européenne pose la question de la façon dont des ONG, des fondations privées ou même des États pèsent sur les instances internationales. Au moment où l’European Centre for Law and Justice alerte sur le financement occulte de plusieurs experts de l’Onu, l’un de ses chercheurs associés explique la mainmise de certains sur les entités censées défendre les Droits de l’homme...

+

1774 ECLJ George Soros davos