Appel pour le Pape

Publié le 16 Avr 2010

Appel
Pour le Pape,prions et jeûnons !

Alors que l’Église fête les cinq ans d’accession au Souverain Pontificat de Joseph Ratzinger, devenu par la grâce de Dieu le Pape Benoît XVI, les attaques répétées contre le Saint-Père marquent d’une croix particulière ce pontificat. À l’épreuve terrible que l’Église traverse déjà, en constatant que certains de ses prêtres ont défiguré le visage du Christ en portant atteinte à leur sacerdoce et à l’innocence d’enfants, s’ajoute une campagne calomnieuse visant à discréditer à travers son Pasteur Universel l’Église de Jésus-Christ et le sacerdoce catholique. Des chrétiens apportent malheureusement leur voix dans ce concert d’opposition, comme le montre une Tribune publiée dans Le Monde et intitulée « Face aux abus sexuels, la désolation et le pardon du Pape ne suffisent pas ».
Heureusement, des appels ont aussi été lancés pour soutenir le Pape et montrer qu’il n’a pas démérité dans son action contre les prêtres dits « pédophiles » et qu’il conserve non seulement le soutien mais l’affection des catholiques. D’ailleurs, Benoît XVI a démontré dans la terrible affaire Maciel combien déjà, alors qu’il était à la tête de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, il entendait agir avec fermeté. Devenu Pape, il n’a pas hésité une seconde.
Il est terrible de le constater. Mais la meute déchaînée contre le Souverain Pontife, contre l’Égli­se et contre le sacerdoce catholique ne s’arrêtera pas là. Déjà des émissions de télévision se préparent qui serviront à atteindre par ricochet l’honneur du Pape et à créer un sentiment de malaise parmi les fidèles. Déjà des campagnes se préparent contre des évêques français. Certes il est paradoxal, comme Philippe Maxence l’écrivait dans le dernier numéro, de « voir les thuriféraires des égouts se regrouper en ligue de vertu ». Pour autant, ce paradoxe n’a rien de nouveau. Les folies de Néron furent mises sur le dos des chrétiens pour mieux les accuser.
C’est pourquoi il nous semble nécessaire, non pas en opposition, mais en complément des appels et des pétitions déjà lancées, utiles et courageuses, de recourir aux armes de la prière. Le Christ lui-même nous y invite. Certains démons, dit-Il, ne se chassent que par le jeûne et la prière. Toute la Tradition de l’Église nous invite à recourir, selon nos possibilités et en fonction de nos devoirs d’état, à l’offrande de cette mortification.
Devant les attaques contre le Saint-Père, représentant du Christ sur terre, nous invitons donc tous ceux qui le voudront bien à offrir un temps de prière et de jeûne ou tout autre sacrifice pour le Pape Benoît XVI et pour l’honneur du sacerdoce catholique. C’est une action simple et discrète, reposant entièrement sur l’utilisation des armes surnaturelles. Chacun y donnera la mesure et la durée qu’il souhaite. Nous proposons que cette prière dure jusqu’au 29 juin prochain, fête des saints apôtres Pierre et Paul. Ce jour-là, nous ferons parvenir notre engagement au Saint-Père pour lui manifester notre soutien par la prière. Cette action simple dépasse bien sûr le cadre des lecteurs de L’Homme Nouveau. N’hésitez pas à la faire connaître autour de vous. Pour le Saint-Père et pour le sacerdoce catholique, soyez, soyons, des missionnaires de la prière.

Pour s’associer à cet appel, utiliser le coupon sur le lien ici.
 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureEglise de France

Mgr Chappoulie, évêque d’Angers

Carte blanche d'Yves Chiron | La nouvelle biographie Mgr Chappoulie, de Vichy à l’épiscopat d’Angers écrite par l'abbé Serge-Daniel Ekani est parue fin 2023 aux éditions de L'Harmattan. Elle décrit la vie de celui qui fut le lien entre l'Église et l'État français entre 1940 et 1944, et qui œuvra longtemps dans les organismes missionnaires.

+

Mgr Chappoulie
Culture

Un vin aux armes du Saint-Siège pour 2026 

Focus | À proximité des spectaculaires jardins de Castel Gandolfo, surplombant le lac d’Albano, le Vatican possède depuis 2020 deux hectares de vigne, dont le vin, maturé en fûts de chêne, sera embouteillé pour la première fois en 2026. Portant une étiquette aux armes du Saint-Siège, ces bouteilles seront destinées uniquement au Vatican, pour la table du Pape. Le reste sera vendu exclusivement au sein de l’Annona, le supermarché détaxé réservé aux employés de l’enclave. 

+

vin castel Gandolfo