Au Niger : l’humiliation de Washington

Publié le 08 Avr 2024
niger

La base aérienne d’Agadez est désormais interdite aux troupes américaines. © USAF/JanK.Valle

Le 16 mars dernier, le Niger a décidé d’annuler l’accord de coopération militaire passé avec les États-Unis, mettant fin à douze ans de présence américaine dans le pays, après le départ des Français fin 2023.

  Le coup est dur pour les États-Unis : le 16 mars, la junte au pouvoir au Niger a annulé l’accord de coopération militaire passé il y a douze ans entre Niamey et Washington. Cet accord permettait le stationnement de plus d’un millier de soldats américains dans le pays. Plus particulièrement sur la base aérienne d’Agadez, lucarne sur le Sahel et le Sahara, où les États-Unis disposent de deux avions de renseignement électromagnétique, de deux hélicoptères de transport et d’une dizaine de drones tueurs, des MQ-9 Reaper. Ces drones jouissent d’un rayon d’action de 1 850 km. Ils sont armés de bombes guidées, de missiles air-sol et de missiles air-air. En d’autres termes, ils peuvent attaquer des cibles au sol et des cibles aériennes. Les États-Unis avaient cru pouvoir échapper au durcissement de la position du Niger contre l’Occident à la suite du putsch militaire du 26 juillet 2023. Quand la France, la première, avait dû dégager ses derniers soldats fin décembre, peut-être certains Américains s’en étaient-ils même réjouis puisque leur armée restait seule présente.  

Sanction financière

Pour ne pas blesser les nouveaux maîtres de Niamey, on avait même vu la diplomatie de Washington d’abord rechigner à qualifier de coup d’État le putsch des militaires nigériens. Jusqu’à ce que, le 10 octobre, elle l’admette et suspende la plus grosse partie des programmes d’aide au Niger, dont l’aide militaire de 500 millions de dollars. Alors, sous le coup de cette sanction financière, et avec une mauvaise foi éclatante, le gouvernement du général Abdurahamane Tiani prétend que la présence américaine au Niger est « illégale » et « viole toutes les règles constitutionnelles et démocratiques ». De la pure dialectique subsaharienne. Outre le camouflet, pour la première puissance militaire mondiale, l’exclusion du Niger est aussi une perte tactique. D’abord parce qu’elle voit disparaître un observatoire important sur la Libye et le Sahel, tous deux travaillés par les réseaux islamistes radicaux. Mais aussi un poste de guet sur l’Algérie, plus grosse puissance militaire de la région, alliée de la Russie et, faut-il le rappeler, elle-même manipulatrice de l’Aqmi (la branche d’Al-Qaïda au Maghreb). Les Américains, comme les Français, n’ont pas complètement tort quand ils attribuent l’effondrement de…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias 

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche