Au quotidien n° 134 : globalistes contre patriotes

Publié le 25 Jan 2021
Au quotidien n° 134 : globalistes contre patriotes L'Homme Nouveau

La presse française a suivi avec délectation la fin de l’ère Trump et l’arrivée à la Maison Blanche du démocrate Joe Biden. Le quotidien Présent (21 janvier), avec son envoyé permanent aux États-Unis d’Amérique, donne un autre son de cloche :

Les globocrates ont attendu quatre ans leur président sur mesure : docile, inoffensif, conciliant et sans autres idées que celles qu’on lui souffle. Joseph Biden, 78 ans, candidat idéal à ce poste, s’est vu mercredi « inauguré » chef de la Maison-Blanche au cours d’une cérémonie qui faisait penser à une mascarade placée sous le signe de la sécurité : Washington transformée en camp retranché et le Congrès en forteresse avec 25 000 soldats en armes, des rues désertes, des places vides. Biden eut le temps de jurer sur la Bible et de parler d’« union ». Mot étrange pour le produit d’un coup de force. Mot obscène pour un rassembleur de guignol. La veille, dans un discours d’adieu à la nation américaine, Donald Trump avait été plus incisif, plus digne : « J’ai choisi les combats les plus durs, a-t-il lancé. Ceux pour lesquels j’avais été élu. » Forte parole qui trouva curieusement son écho au Mexique. Le cardinal Sandoval Iniguez y diffusa au même moment une vidéo cinglante. « Aux USA, affirme le prélat, la lutte n’est pas entre Biden et Trump. Ce ne sont que des personnes de passage. La lutte est entre les globalistes et les nationalistes. » Une lutte inégale, implacable, truquée. Le nationalisme, tendance populiste, a perdu. Il s’est fait piéger. Un piège qui a duré quatre ans. Il s’est lentement refermé sur Trump avant de l’immobiliser le 3 novembre, jour des élections, et de l’assommer le 6 janvier, jour de l’officialisation des résultats.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociété

Crise agricole, les raisons de la colère (1/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 1/3 | Dans cet entretien, Yann de Kérimel dresse le tableau sombre d’une agriculture profondément détraquée, entre le mauvais rôle des institutions censées représenter le secteur, les exigences absurdes et contradictoires de l’Union européenne et des choix de consommation déraisonnables.

+

crise agricole
A la uneSociétéLectures

Juan Branco ou la préparation du coup d’État

L’avocat Juan Branco monopolise l’actualité entre ses prises de position radicales et ses mésaventures dignes d’un « people » : affaire de mœurs, démêlés judiciaires, rivalité entre lui et le nouveau Premier ministre, Gabriel Attal. Un traitement médiatique de ce type mérite sans doute qu’on s’attarde sur le personnage. À 34 ans, Branco possède un parcours étonnant. Son dernier livre, Coup d’État, manuel insurrectionnel, paru en 2023, apporte un éclairage intéressant sur sa pensée.

+

juan branco
SociétéDoctrine socialeLettre Reconstruire

L’Église face au nazisme et au fascisme (II)

Lettre n°33 de Reconstruire - Parmi les tentations totalitaires, le fascisme vient historiquement avant le nazisme et n’a pas exactement connu les mêmes dérives odieuses. Pour autant, il s’insère bien dans une conception non chrétienne de l’homme et de l’État, qui doit tout à la modernité. Cette synthèse du professeur argentin Carlos Sacheri (1933-1974) est extraite de son livre (non publié en français) El Orden natural (1975).

+

fascisme mussolini
Société

Le Rocher, une antidote à la fracture sociale

Initiative chrétienne | Les émeutes violentes de l’été dernier ont tiré une fois de plus la sonnette d’alarme sur l’état de certains quartiers en France. Association qui se consacre à tisser des liens avec les habitants des « banlieues », Le Rocher fait vivre des familles, des étudiants ou des retraités à leur contact. Pierre Thomas, responsable d’Antennes à Roubaix (Nord), explique les objectifs de l’association. 

+

le rocher banlieue cité