Au quotidien n°100 : envahissons nos églises

Publié le 27 Nov 2020
Au quotidien n°100 : envahissons nos églises L'Homme Nouveau

Les dernières décisions gouvernementales concernant la réouverture du culte, limité à 30 personnes, ont particulièrement indigné nombre d’évêques. Deux exemples :

Dans le diocèse de Perpignan, Mgr Turini a réagi clairement :

Avec nombre de mes frères évêques, nous restons dans l’incompréhension devant une telle décision, étant donné que dans nos églises nous avons toujours respecté scrupuleusement les gestes barrières et ce depuis le premier jour où elles ont été rendues obligatoires.
Nous voyons dans cette mesure une profonde injustice.

Toutefois nous respecterons cette jauge qui nous est imposée et nous veillerons à ce que les règles sanitaires soient strictement observées.

Je demande néanmoins, à messieurs les curés, de ne pas s’ériger en “comptables” de leurs assemblées dominicales et donc de ne pas rejeter si tel était le cas, la 31e personne et les suivantes qui se présenteraient. 
J’en prends l’entière responsabilité et si cela s’avère nécessaire j’en répondrai personnellement devant les pouvoirs publics.

Pour la catéchèse, la Pastorale des jeunes, ou toutes réunions en salle (paroissiale, formations…), elles pourront reprendre à partir du 15 décembre dans le respect des mesures barrières déjà édictées, sans limitation d’âge. 

Nous comprenons que la situation sanitaire économique et sociale est difficile à gérer pour notre Exécutif.
À l’approche du temps de l’Avent, il peut compter sur le soutien spirituel des catholiques.

Sur son compte tweeter, et à plusieurs reprises, l’évêque de Montauban a appelé à envahir les églises :

Retrouvons-les dans nos paroisses aux heures habituelles et comme je l’ai tweeté depuis le 29 octobre : la seule réponse au gouvernement est d’ENVAHIR nos églises à l’heure de la messe.

Le 29 octobre je twittais : « Fidèles catholiques envahissez nos églises, continuez de demander la messe et évêques et prêtres nous viendrons la célébrer  » Vous êtes le peuple de Dieu. Ce tweet est plus que jamais d’actualité.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement