Au quotidien n°136 : à la veille d’une Révolution ?

Publié le 27 Jan 2021
Au quotidien n°136 : à la veille d’une Révolution ? L'Homme Nouveau

Dans le dernier numéro de La Revue des Deux-monde, l’historien Jacques de Saint-Victor s’interroge sur le parallèle possible entre la France à la veille de 1789 et notre situation d’aujourd’hui. Mais est-ce vraiment les « élites » qui ont rompu avec la République ?

Tout a été dit sur la République. Un sentiment de lassitude s’empare du lecteur. Pourquoi y revenir ? (…) Puis une petite musique se fait entendre, d’abord dans quelques médias, étrangement de « service public », puis de plus en plus forte, enfin assourdissante, relayée par les « amis » du monde anglo-saxon. Au fond, tout serait la faute du « modèle républicain » à la française. Il faudrait en changer selon certains, quand d’autres nous persuadent que ce n’est même pas nécessaire puisque notre vrai « modèle » ne serait pas celui qu’on croit. Bref, la confusion s’empare à nouveau des esprits et les controverses reprennent de plus belle jusqu’à ce qu’un nouvel attentat vienne momentanément suspendre ce temps de l’impuissance et de la division. Sans aller jusqu’à croire que la République est aussi moribonde que la monarchie à l’époque du sacre de Charles X, on peut se demander si elle n’est pas dans une situation similaire à celle où se trouvait la monarchie à la veille de la révolution de 1789, privée du soutien de ses élites (le terme même finit par être suspect de « populisme », selon la bonne pratique qui consiste à tirer sur les mots pour éviter de discuter du fond). Attention ! Il ne s’agit pas de dire, comme on l’a fait trop souvent depuis Mendès France, que la révolution est pour demain. On voit mal l’esprit des Lumières à l’œuvre. Il s’agit en revanche de faire un parallèle entre le « lâchage » de la monarchie absolue par ses élites d’avant 1789 et celui dont la République est la victime par celles de 2020. En 1789, à part le roi et quelques ministres, comme le garde des Sceaux, M. de Barentin, plus personne dans les hautes sphères de l’ancienne société ne croyait aux grands principes sur lesquels reposait la monarchie de droit divin. Les élites avaient abandonné le régime en suivant les philosophes en vogue. On le répète depuis Gramsci : l’hégémonie intellectuelle précède l’hégémonie politique. L’historien de la pré-révolution sait que les trois ordres d’Ancien Régime se détournèrent du roi de 1787 à 1789. À la veille de 1789, l’aristocratie était « en vacances », selon le mot fameux de Taine. Depuis les années 1760, elle biberonnait avec les élites du Tiers aux nouvelles idées, abandonnant non seulement ses principes traditionnels, mais même les Lumières modérées d’un Montesquieu pour s’amouracher des radicalités des « secondes Lumières ». Leurs philosophes feignaient d’être « persécutés » alors qu’ils tenaient secrètement le haut du pavé depuis 1764, date de l’expulsion des jésuites du royaume. À l’Académie et dans les autres sociétés royales, ils occupaient toutes les prébendes, ridiculisant ou marginalisant, quand ils ne les persécutaient pas, les défenseurs des principes traditionnels de l’ancienne monarchie, des « marginaux » aux noms oubliés comme Palissot, Fréron, Lefranc de Pompignan (le père naturel d’Olympe de Gouges) ou Jacob-Nicolas Moreau. (…) Il n’est pas jusqu’aux intendants, ancêtres de nos préfets, qui, dans la campagne électorale de l’hiver 1788 et du printemps 1789, ne prirent discrètement le parti des « nationaux » contre les « aristocrates », comme l’a montré Augustin Cochin en Bourgogne et en Bretagne.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement