Au quotidien n°152 : pari réussi pour la Nasa

Publié le 19 Fév 2021
Au quotidien n°152 : pari réussi pour la Nasa L'Homme Nouveau

La Nasa a donc réussi à poser son véhicule Rosa jeudi 18 février. Une mission dans laquelle la France est techniquement impliquée comme le rappelle le Figaro (18 février) sur son site Internet.

La Nasa a brillamment réussi jeudi 18 février à poser sur Mars son rover Perseverance, le cinquième véhicule seulement à avoir réussi le voyage sans encombre, mais le premier à afficher comme objectif de trouver, dans les années à venir, une preuve de vie ancienne sur la planète rouge. «Atterrissage confirmé!», s’est exclamée à l’heure prévue, 21 heures 55 (heure de Paris), Swati Mohan, en charge du contrôle des opérations au Jet Propulsion Laboratory, à Pasadena en Californie.(…)

La mission de la Nasa, dont le coût dépasse les 2,5 milliards de dollars, a pour objectif de répondre à une lancinante question: y a-t-il eu un jour de la vie sur cette planète?

Le rover américain Perseverance, fruit d’une coopération internationale, est le véhicule le plus gros et le plus complexe jamais envoyé sur Mars. Il a posé vers 22 heures (heure de Paris) ses roues sur le sol de la planète rouge, au terme de «sept minutes de terreur». Lors de cette folle opération de décélération, le robot est passé en quelques instants d’une vitesse de 20.000 km/heure à zéro. Le cratère de Jezero, dont les scientifiques pensent qu’il contenait il y a 3,5 milliards d’années un lac, était le site d’atterrissage le plus périlleux jamais tenté par la Nasa. Perseverance sera chargé d’y collecter des preuves de vie ancienne sur Mars.

«C’est un magnifique travail d’équipe. Il y a de quoi être fiers. C’est très émouvant de le vivre avec vous, ça nous rend admiratif», a lancé Emmanuel Macron aux équipes du Cnes réunies à son siège parisien, soulagées de voir leurs travaux scientifiques aboutis. Le robot Perserverance emporte avec lui SuperCam, un instrument franco-américain développé notamment par le CNRS et le CNES, au cœur de la mission.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson projet de loi fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle