Au quotidien n°153 : la viande, victime de la loi du nombre

Publié le 22 Fév 2021
Au quotidien n°153 : la viande, victime de la loi du nombre L'Homme Nouveau

Le maire de Lyon a décidé d’imposer aux cantines de la ville un menu unique sans viande sous prétexte de lutte contre la pandémie. Le rapport ? Il n’est pas évident. Peu importe ! La loi du nombre s’impose même si rien n’est aussi simple comme le souligne sur son site Valeurs actuelles.

Quel rapport peut-il y avoir entre l’interdiction de la viande à la cantine et la lutte contre le Covid-19 ? La rapidité de service, selon la mairie écologiste de Lyon, qui vient de supprimer la viande des menus de cantine de ses écoles. Selon les informations de BFMTV, la mesure servirait à mieux respecter les conditions sanitaires d’accueil des élèves. « Le nouveau protocole sanitaire impose une distanciation de deux mètres dans la restauration scolaire », a expliqué Stéphanie Léger, adjointe à l’Éducation de la mairie. « Le menu unique va nous permettre d’accélérer le service et ainsi nous permettre d’accueillir tous les enfants », se justifie l’élue. La viande serait-elle à l’origine d’un ralentissement du service, justifiant son éviction du menu ? Plus simplement, cette dernière est la victime collatérale du menu unique de la mairie : « Pour correspondre au goût du plus grand nombre, on a décidé d’enlever la viande », explique Stéphanie Léger. Seulement voilà, retirer totalement et du jour au lendemain la viande des menus n’est précisément pas du « goût du plus grand nombre ». (…) C’est par exemple le cas de Béatrice de Montille, élue Les Républicains du 3ème arrondissement. « Dans la ville de la gastronomie, la majorité écologiste profite de la crise sanitaire pour faire passer des mesures idéologiques sans aucune concertation », a-t-elle déclaré, relayée par BFMTV.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle