Au quotidien n°216 : un nouveau slogan

Publié le 28 Mai 2021
Au quotidien n°216 : un nouveau slogan L'Homme Nouveau

Professeurs de philosophie, Pierre Dulau et Martin Steffens publient dans Valeurs actuelles (27 mai 2021) une tribune libre sur un slogan de Joe Biden révélateur d’un nouveau contrat social.

Tout sourire dans le Bureau ovale de la Maison-Blanche, Joe Biden lance un nouveau slogan : “Vaxxed or masked”. “Vacciné ou masqué”. Le choix nous est laissé. En apparence du moins. Car pour pouvoir vraiment choisir, il faudrait n’être pas captif d’un chantage. Le ressort du chantage est de présenter une contrainte comme un choix. À proprement parler, l’homme pris dans une embuscade en forêt ne choisit pas entre la bourse et la vie. Son agresseur ne lui fait aucune faveur : il donnera la bourse pour ne pas perdre… les deux ! L’alternative où nous place le slogan de Joe Biden est du même acabit : si tu ne reçois pas le vaccin, alors tu garderas ton masque. Le masque n’est pas l’une des deux options possibles, mais la marque par quoi l’on identifiera désormais les réfractaires. De sorte qu’il n’est laissé au citoyen que de choisir l’une ou l’autre modalité de son aliénation.

D’un côté le masque, négation du visage humain, c’est-à-dire de ce qui fait, en chair et en os, notre singularité. De l’autre le vaccin, c’est-à-dire, si l’on y réfléchit, la continuation du masque par d’autres moyens. Ce que l’alternative de Joe Biden révèle, c’est ceci : le vaccin n’est jamais qu’un masque intériorisé, une immunité interne, tandis que le masque était, depuis le début, un vaccin extériorisé, une immunité externe. Autrement dit, nous ne sommes plus liés que par une méfiance qui nous éloigne toujours plus les uns des autres. (…)

“Vaxxed or masked” : le slogan que Joe Biden a cru bon de porter lui-même dit en trois mots la vérité d’une transformation sociale et politique sans précédent. Avoir un visage sera désormais le privilège de ceux qui auront prouvé leur obéissance. Être un visage supposera de passer un permis. La visibilité récompensera les partisans de ce nouveau contrat social, sécuritaire et sanitaire. Mais si l’esclave se dit en grec a-prosopon, littéralement “celui qui n’a pas de visage”, le visage que le pouvoir consent finalement à nous rendre, après nous l’avoir dérobé, sera pour toujours le signe de celui que nous aurons perdu. Car un visage sous condition c’est, encore et toujours, un masque sanitaire. C’est un visage qui est devenu le masque qui l’occultait. Pouvons- nous alors vraiment nous réjouir de “retrouver” une liberté que ses nouvelles conditions d’exercice neutralisent ?

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture