Au quotidien n°220 : l’aggiornamento danois

Publié le 03 Juin 2021
Au quotidien n°220 : l’aggiornamento danois L'Homme Nouveau

Au Danemark, le gouvernement de gauche, social-démocrate, poursuit une politique restrictive en matière d’immigration que décrit Valeurs actuelles (3 juin 2021).

Devant un Parlement d’abord indifférent, le Premier ministre présente le rachat par l’État d’animaux d’un cirque. En l’occurrence, quatre éléphants, mais aussi un chameau qui s’était manifestement lié d’amitié avec les pachydermes et qu’il était trop cruel de séparer du lot. Décrivant les détails de l’opération et dans un fou rire général qui balaie les clivages politiques entre les bancs, elle remercie au passage les élus de la droite radicale du Parti populaire danois qui ne se sont pas opposés au sauvetage du chameau pourtant prénommé… Ali. Nous étions en 2019 et Mette Frederiksen venait d’être élue avec un programme déjà destiné à couper l’herbe sous le pied de la droite, sur un dossier bien plus central que l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques, celui de l’immigration.

Pourtant issue de la gauche, la chef de file des sociaux-démocrates (SD) danois a fait son aggiornamento : « Pour moi, il devient de plus en plus clair que le prix de la mondialisation incontrôlée, de l’immigration massive et de la libre circulation des travailleurs est payé par les classes populaires. » Un constat que les communistes français de Georges Marchais avaient établi au tournant des années 1980, mais qui a été occulté par La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, qui s’est ainsi aliéné les classes populaires en question. Mette Frederiksen a donc décidé de sauver le modèle d’État providence déjà menacé chez son voisin suédois, de tradition sociale-démocrate lui aussi et confronté à une immigration nettement plus importante. (…)

insi, la nouvelle Première ministre n’a pas renié ses promesses de campagne en disant qu’elle serait à gauche pour le social et qu’elle poursuivrait la politique de son prédécesseur pour la sécurité et l’immigration. Dès octobre 2019, le Danemark a signifié à ses partenaires européens qu’il ne rejoindrait pas l’accord temporaire de l’Union européenne de répartition des migrants, signé à La Valette trois semaines plus tôt. Sur le plan intérieur, tout demandeur d’asile réussissant à entrer au Danemark fera l’objet d’une procédure inédite entérinée dans un nouveau texte de loi, promulgué ce 3 juin. Une empreinte digitale sera prise et le candidat sera envoyé dans un centre à l’extérieur du Danemark, selon une procédure déjà employée par l’Australie. Copenhague négocie ainsi avec plusieurs pays qui pourraient les accueillir. Il s’agit du Rwanda, mais aussi de la Tunisie, de l’Égypte ou encore de l’Érythrée. Pour les Danois, la compensation pourra s’effectuer en investissements dans l’économie locale, notamment dans le domaine du développement et de la transition écologique. Un réfugié coûte aujourd’hui quelque 40 000 euros par an au contribuable. Ces mesures s’accompagnent d’expulsions de plus en plus nombreuses, notamment de Syriens : 248 d’entre eux viennent de perdre leur titre de séjour. Copenhague (suivi tout récemment par Stockholm) considère en effet que la Syrie offre désormais suffisamment de garanties pour ne plus bénéficier d’un statut de réfugié de guerre. Il reste que pour certains Syriens, considérés chez eux comme déserteurs, le retour peut s’avérer plus que problématique… Pas de quoi choquer les Danois, qui sont de plus en plus hostiles à la présence même de l’islam dans leur pays. Selon une étude de l’université d’Aalborg d’octobre 2019, 39 % d’entre eux sont pour leur expulsion si les immigrés musulmans ne travaillent pas, et 28 % même s’ils travaillent.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
A la uneSociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie
SociétéBioéthique

GPA et filiation (1/4) : La logique marchande, au cœur de la gestation pour autrui 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (1/4) | À l’approche des élections européennes, la question de la gestation pour autrui (GPA) refait surface. Si le droit français a permis jusqu’à maintenant de protéger la femme et l’enfant, une GPA soi-disant « éthique » est pourtant de plus en plus mises en avant par des personnalités et des entreprises étrangères.

+

gpa
Société

Transition de genre des mineurs : les procédures médicales enfin encadrées ?

Décryptage | Alarmé par le développement des traitements hormonaux et chirurgicaux de la transition de genre des enfants et leur impact négatif, le Sénat vient de voter une proposition de loi encadrant ces procédures, à la suite des dispositions prises dans un nombre grandissant de pays. Un pas dans la direction de la protection de la santé et du futur des mineurs concernés.

+

transition de genre mineur
SociétéFin de vie

La mort, honteuse et confisquée

L'Essentiel de Thibaud Collin | De mensonges en manipulations, l’euthanasie s’imposera bientôt par la loi à la société française. À l’origine de cette transgression finale, une vision déformée de la vie et la disparition de l’au-delà qui fondent cette ultime et illusoire tentative de contrôle, souvent en confisquant au mourant la conscience de sa fin.

+

mort fin de vie