Au quotidien n°238 : le monde d’après ?

Publié le 29 Juin 2021
Au quotidien n°238 : le monde d’après ? L'Homme Nouveau

Dans Challenge (24 juin 2021), le philosophe André Comte-Sponville salue le retour de la vie en plein air, sans s’illusionner sur ce fameux « monde d’après » qui a des relents de déjà vu, mais en pire.

Tous ces gens joyeusement attablés, aux terrasses de nos cafés ou de nos restaurants, cela fait plaisir à voir !

Pas seulement parce qu’on se dit que bistrotiers et restaurateurs vont pouvoir reconstituer une partie de leur trésorerie, mais aussi et surtout parce que tous ces consommateurs (parmi lesquels beaucoup de jeunes, enfin sans masque) redécouvrent les joies de la liberté, de la convivialité, de la gastronomie, qui font partie de ce qu’il y a de plus précieux dans notre mode de vie. Comme cela nous manquait ! Comme cela nous fait du bien ! Les terrasses, en quelques semaines, se sont multipliées comme jamais, donnant à nos villes des allures d’Italie, dont on ne va pas se plaindre. On peut désormais manger aussi à l’intérieur ? Tant mieux ! Mais il fait si beau dehors, on sent partout un tel besoin d’air, d’ouverture, d’espace – le contraire du confinement et de tout ce qui y ressemble – que les terrasses sont en train de devenir comme une image du bonheur et de la civilisation. (…)

Ceux qui annonçaient, il y a quinze mois, la fin du capitalisme ou de notre civilisation en sont pour leurs frais. Le monde d’après ? C’est le monde d’avant, avec un peu plus de dettes et de terrasses

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage