Au quotidien n°264 : Paris abîmé, Paris saccagé

Publié le 07 Oct 2021
Au quotidien n°264 : Paris abîmé, Paris saccagé L'Homme Nouveau

Souvent intéressant, le FigaroVox propose un entretien mené par Eugènie Bastié avec l’écrivain Jonathan Siksou, auteur de Capitale aux Édition du Cerf. L’occasion d’évoquer le sort de Paris sous le mandat d’Anne Hidalgo…

Le mot dièse #SaccageParis dénonce la façon dont Anne Hidalgo gère la ville. Cette critique vous paraît-elle justifiée?

Ô combien! Et le mot est faible. Elle oppose et impose à la grandeur de Paris la médiocrité, la saleté, l’enlaidissement avec son nouveau mobilier urbain et ses «potelets» en plastique jaune, sans parler des transports (il est devenu aussi périlleux de se déplacer à pied qu’à vélo ou en voiture, et les véhicules de secours peinent à emprunter certaines rues). Il y a du mépris chez Anne Hidalgo, un mépris sincère pour notre capitale, pour les Parisiens et pour leur histoire. Sa politique piétine notre mémoire vivante, notre héritage.

Anne Hidalgo esquisse sous nos yeux sa ville du XXIe siècle: un bidonville hérissé de blocs de béton, sans bancs publics et plein de jardinets défraîchis aux pieds des arbres. Parallèlement, une internationalisation de l’architecture, doublée d’un discours sur l’urgence climatique, légitime le remplacement du tissu urbain minéral – ses façades de pierres, ses avenues et ses grandes places – en «éco-quartiers éco-responsables». C’est l’avènement de la «végétalisation» et du plaquage en bois qui donnent bonne conscience mais qui ne résolvent rien. Cette mutation se dote d’un vocabulaire où l’oxymore est roi. Ce «durable», accolé à tout et à l’architecture en particulier, ne veut rien dire d’autre que jetable et éphémère. N’en déplaise à la mairie, Paris n’est pas un vulgaire produit recyclable.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle