Au quotidien n°271 : la ministre du logement dément ses propos sur les pavillons mais sa politique continue

Publié le 18 Oct 2021
Au quotidien n°271 : la ministre du logement dément ses propos sur les pavillons mais sa politique continue L'Homme Nouveau

De récents propos de la ministre du logement ont défrayé la chronique. Emmanuelle Wargon a depuis fait machine arrière sur sa mise au ban des pavillons, « un non-sens écologique, économique et social ». La Tribune (14 octobre 2021) avait rapporté le discours de la ministre :

L’idéal de vie des Français demeure la maison individuelle pour 75% d’entre eux. Ce n’est pas un énième sondage ou étude d’un réseau d’agences immobilières ou encore une nouvelle note de conjoncture immobilière d’une chambre notariale régionale qui l’écrit, mais la ministre du Logement elle-même qui le dit.

Dans son discours de clôture de la concertation portant sur « Habiter la ville de demain », prononcé ce 14 octobre, Emmanuelle Wargon explique que cette quête « répond à une recherche de confort, d’espace extérieur à soi, de faire du logement son cocon, peut-être accentuée par la période de confinement.» « Cela traduit aussi que l’aspiration à la propriété reste grande et implique de faire des choix sur la nature et la localisation de son logement », ajoute-t-elle.

Et « en même temps », comme dirait le président Macron, ce modèle du pavillon avec jardin n’est « plus soutenable » et mène à « une impasse », estime la ministre du Logement. Il s’agit d’ « un fonctionnement urbain dépendant de plus en plus de la voiture individuelle », d’« un modèle derrière nous » et même d’« un non-sens écologique, économique et social », poursuit-elle.

Les propos de la ministre ont provoqué un véritable tollé et elle est revenue son affirmation, notamment sur le réseau social twitter  (15 octobre 2021) :

[Mise au point] Je le répète très clairement : il n’est pas question d’en finir avec la maison individuelle. Je regrette la caricature faite de mes propos, qui ne reflète pas la teneur de mon discours prononcé hier.

Derrière ce qui a conduit à autant de réactions négatives se trouve en fait une réelle volonté politique que nous avions déjà mis en exergue dans un précédent numéro de Au quotidien (29 septembre 2021) à propos des nouvelles règles du crédit immobilier, commentées ainsi par un professionnel :

« Cette nouvelle réglementation est un véritable frein d’accès à la propriété, qui s’inscrit dans la politique menée par Emmanuel Macron depuis le début de son quinquennat : créer une France de locataires plutôt que de propriétaires afin d’augmenter la mobilité professionnelle. l’aide à l’accession à la propriété, la limitation du prêt à taux zéro, l’encadrement du crédit… C’est un enchaînement de mesures qui va contre la logique immobilière et qui a des conséquences lourdes pour les familles. »

Le discours de la ministre du logement s’inscrit dans la même démarche. Elle a fait machine arrière en terme de communication, pas de politique à mener.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociété

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle