Au quotidien n°348 : le modèle canadien de contrôle social

Publié le 24 Fév 2022
Au quotidien n°348 : le modèle canadien de contrôle social L'Homme Nouveau

Pour lutter contre les convois de la liberté, Justin Trudeau n’hésite pas à réactiver d’anciennes lois. Dans Le Point (24 février 2022), Laetitia Strauch-Bonart y voit une trahison du libéralisme. Mais un constat s’impose : tous les pays libéraux ont pris des mesures approchantes.

Provoqués par le refus des routiers de l’obligation d’être vaccinés pour passer la frontière entre les États-Unis et le Canada, les convois de la liberté canadiens viennent d’être délogés par la police après plusieurs semaines de blocage. Or la méthode employée par le Premier ministre du pays, Justin Trudeau, semble peu conforme à l’image qu’il s’est savamment construite d’homme politique libéral. Le 14 février, le gouvernement fédéral a invoqué une loi vieille de trente-quatre ans permettant le recours à des mesures d’urgence pour faire face aux blocages et aux occupations. Actionnable en cas de « crise nationale », elle permet notamment de déclarer que ceux-ci sont illégaux et de geler les comptes en banque des protestataires. On peut s’étonner d’un tel déploiement de force, alors que la police canadienne dispose déjà de larges pouvoirs pour maintenir l’ordre. Est-ce parce que l’enjeu du conflit est ailleurs ? On peut le présumer : cette opposition résonne avec une incompréhension plus générale dominant la vie canadienne entre les progressistes, d’une part, et les conservateurs et les populistes, d’autre part. Pour preuve, Trudeau n’a pas fait de ces blocages une question d’ordre public, mais de liberté d’expression, comme si la simple démonstration d’un désaccord politique suffisait à exclure du « cercle de la raison » les routiers en colère.

 (…)

Cette réponse est d’autant plus regrettable que, comme le note The Economist, le gouvernement canadien envisage à l’heure actuelle deux modifications inquiétantes des lois – déjà peu libérales – sur les « discours de haine ». L’une d’elles permettrait au Tribunal canadien des droits de la personne d’imposer de lourdes amendes à ceux qu’il jugerait avoir utilisé un « langage haineux ».

(…)

L’autre altération proposée permettrait aux individus de porter plainte contre des personnes à titre préventif, s’ils craignent que celles-ci soient sur le point de tenir des « propos haineux ». Loin d’être des anomalies, ces audaces légales évoquant Minority Report s’inscrivent dans un contexte social où la liberté d’expression est, pour le moins, malmenée.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage