Au quotidien n°87

Publié le 10 Nov 2020
Au quotidien n°87 L'Homme Nouveau

Alors même que le résultat définitif des élections américaines n’a pas été proclamé officiellement, elle est présentée comme la nouvelle – et première – vice-présidente des Etats-Unis d’Amérique. Elle ? Kamala Harris. Bien que favorable à l’avortement, Joe Biden est présenté, pour sa part, comme le deuxième président de confession catholique. Et Harris, à quelle confession appartient-elle ? La Croix (09/11/2020) a consacré un article à ce sujet.

L’église qu’elle fréquente aujourd’hui est une église baptiste de San Francisco, en Californie, dont le pasteur, le révérend Amos C. Brown, milite pour les droits civiques des minorités. Harris participe « depuis des années » à la vie de son église, a confirmé le pasteur au magazine chrétien américain Sojourners ; à ses yeux, elle incarne le verset « la foi sans les œuvres est morte » (Jacques 2,26). (…)

Kamala Harris dit avoir grandi avec une ouverture à l’interreligieux, dans une famille multiconfessionnelle : sa mère, Shyamala Gopalan Harris (décédée en 2009), était d’origine indienne et hindoue – ayant immigré depuis Chennai (Madras), dans le Tamil Nadu – ; son père, Donald Harris, est un baptiste noir de la Jamaïque.

Lors de voyages en Inde, affirme-t-elle encore, sa mère l’emmenait participer à des offrandes dans des temples hindous. Rituels auxquels elle se prête encore, semble-t-il : en 2010, lorsqu’elle était candidate pour devenir procureur général de Californie, « Harris avait appelé sa tante Sarala Gopalan à Chennai et lui avait demandé de casser des noix de coco pour la bonne chance dans un temple hindou surplombant la plage de Besant Nagar où elle marchait avec son grand-père, a rapporté le New York Times. La tante a aligné 108 noix de coco – un nombre de bon augure dans l’hindouisme – pour être brisées. »

Cette ouverture à l’interreligieux s’est encore accrue avec son mariage : son mari, Doug, est juif et Kamala Harris aime partager avec lui les traditions et les célébrations juives. « De toutes ces traditions, j’ai appris que la foi s’exprime dans la prière mais aussi dans sa façon de vivre, de travailler et de poursuivre ses appels respectifs. »

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement