Au théâtre : Je l’appelais monsieur Cocteau

Publié le 22 Avr 2016
Au théâtre : Je l'appelais monsieur Cocteau L'Homme Nouveau

C’est une pièce conçue comme une succession de tableaux vivants évoquant chacun à leur manière soit un univers de fresques, soit des scènes de films tournées en studio, soit un lieu un peu fantomatique dans lequel la présence de l’ange Heurtebise de Cocteau ne serait jamais très éloignée. Et si Cocteau nous était conté à travers le regard émerveillé d’une petite fille… Il était une fois… Ainsi commencent les contes, mais celui-ci nous raconte une histoire vraie. Bérangère Dautun adapte et met en scène les souvenirs de Carole Weisweiller, la fille de Francine Weisweiller qui fut l’amie et la muse du poète de nombreuses années. Elle avait fait sa connaissance sur le tournage des Enfants terribles dont elle était la productrice. En 1950, elle l’invita à Santo Sospir, sa célèbre villa à Saint-Jean-Cap-Ferrat. Carole avait 8 ans. Jean Cocteau avait demandé à Francine l’autorisation de dessiner une tête d’Apollon au-dessus de la cheminée du salon. Ce dessin fut le premier d’une grande fresque murale se promenant dans presque toutes les pièces de la maison. Nous sommes au pays de l’enfance. Carole suit le poète, elle s’imprègne du réel à travers le prisme de ce qui lui est montré, à travers l’exemple des manières dont Cocteau considère le monde en le regardant, en le sentant, en le touchant, en l’imaginant, en en parlant. Tout commence pour elle avec des sons de voix, une tonalité, un rire, une atmosphère de vie, un monde plein de sensations, un bain de réel. Il y est aussi question de rencontres, en particulier celle de Picasso. La force de cette pièce, qui est comme un appel, est de nous rappeler que l’aventure de nos vies, quand elle n’en est pas empêchée, commence dans notre imagination, là où la pensée se constitue d’images, du faisceau des empreintes qui tissent à partir de l’extérieur notre monde intérieur. Si la vie ne s’arrête pas avec l’enfance et si les séparations douloureuses nous en arrachent, jusqu’à tout perdre, il reste cette trace ineffaçable et indélébile dont le mot du poète inscrit sur sa tombe résume le cœur : « Je reste avec vous ». Transformée en narratrice, Bérangère Dautun nous captive et l’on joue, derrière l’écran à entrevoir comme en rêve sous la figure d’un jeune homme, Guillaume Bienvenu, la présence intemporelle de celui qui ne l’a jamais quittée. Une heure d’émotion !

Studio Hébertot, 78 bis, bd des Batignolles, Paris XVIIe. Jusqu’au 29 mai. Du mardi au samedi à 19 h, dimanche à 17 h. Tél. : 01 42 93 13 04.

Ce contenu pourrait vous intéresser

Culture

Charette revisité

ENTRETIEN | Revenue sur le devant de la scène au moment de la sortie du film Vaincre ou Mourir, la figure de Charette, général de la Vendée militaire, vient de faire l’objet d’une nouvelle biographie par Anne Bernet. Entretien avec l’auteur sur un personnage clé de l’épopée contre-révolutionnaire, passionnant, controversé, héroïque et qui cache encore quelques mystères.

+

charette
CultureLectures

Le choix de votre quinzaine : Maggie Smith à Lourdes

Recension adultes | Le Club des Miracles raconte le périple jusqu'à Lourdes de quatre irlandaises (dont Maggie Smith), qui aspirent toutes à un miracle. Dans cette page de recension retrouvez aussi des livres de spiritualité, un essai sur Simon Leys, un CD de Lang Lang et quelques autres sélections. Paru dans le n° 1809.

+

Maggie Smith
CultureLectures

Faire découvrir aux enfants sainte Faustine et la Miséricorde Divine

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Le livre Carlo Acutis et les miracles eucharistiques n'est pas une ultime biographie, mais raconte et explique sa grande exposition sur les miracles eucharistiques.Paru dans le n°1809.

+

Carlo Acutis garçon lecture
Culture

L’exposition : Un œil passionné. Douze ans d’acquisitions de Ger Luijten

La Fondation Custodia, un lieu unique dans Paris, un peu confidentiel, où sont présentées des expositions remarquables, rend hommage à son précédent directeur Ger Luijten, disparu prématurément en décembre 2022. Cet homme passionné, érudit et fin connaisseur a toujours cherché à être fidèle à l’esprit du grand collectionneur Frits Lugt (1884-1970) à l’origine de cette Fondation. Pendant douze années il dirigea ce lieu et mena une politique d’acquisition intense. Environ 10 000 œuvres sont entrées dans les collections de ce superbe hôtel particulier. Une sélection de 140 œuvres est proposée au regard du visiteur.

+

Ger Luijten
CultureDoctrine socialeLettre ReconstruirePhilosophie

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote