Avortement dans la Constitution : la fin annoncée de la liberté des opposants

Publié le 13 Mar 2024
avortement
Au prix d’une monstruosité juridique et tout en évitant de faire de l’avortement un droit absolu, nos législateurs ont placé cette « liberté » au plus haut dans la hiérarchie des normes. Le risque sera maintenant de voir la « clause de conscience » abrogée et la dénonciation publique de l’avortement interdite. Entretien avec Nicolas Bauer, juriste au Centre européen pour le Droit et la Justice (ECLJ).

 

Le 8 mars dernier, le sceau de la République a été apposé sur la loi constitutionnelle relative à la liberté de recourir à l’avortement, après plusieurs propositions de loi déposées depuis juin 2022. En quoi consiste l’article finalement adopté ?  

Les deux premières propositions de loi prétendaient insérer dans la Constitution un « droit à l’IVG », formulé comme un droit « absolu ». Le Sénat les a rejetées. L’article finalement proposé par le gouvernement et adopté le 4 mars est rédigé ainsi : « la loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté garantie à la femme d’avoir recours à une IVG ». Cette « liberté garantie », désormais inscrite dans la Constitution, laisse une grande flexibilité au Conseil constitutionnel. Le gouvernement et les députés de la majorité ont affirmé que leur intention n’était pas de restreindre les libertés de conscience et d’expression, mais ils n’ont pas la charge de l’interprétation de la Constitution. C’est le Conseil constitutionnel qui dans les prochaines années interprétera et appliquera cette « liberté garantie » de l’IVG.   

Comment expliquez-vous que cette première version de « droit absolu » n’ait pas été adoptée ?  

L’idée d’un droit absolu était aussi extrême qu’absurde. La formulation des propositions de loi plaçait l’IVG au-dessus des autres droits fondamentaux, en en faisant un droit auquel « nul ne peut porter atteinte » et dont « nul ne peut être privé ». Lorsqu’un droit fondamental est absolu, cela signifie qu’il ne peut pas être limité, ni par les droits ou besoins d’autrui ni par l’intérêt général. Les droits absolus sont très peu nombreux et sont en lien direct avec la dignité humaine. Ainsi, il existe un droit absolu de ne pas être soumis à la torture. Si un « droit à l’IVG » absolu avait été intégré à la Constitution, il aurait supprimé toute limite à l’IVG. Par exemple, le maintien d’un délai légal ainsi que la clause de conscience seraient devenus inconstitutionnels. La plupart des droits se limitent entre eux et prennent en compte des…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

Société

La prévention comme moyen prioritaire de la lutte contre le trafic de drogues

Parole du Pape | À l’occasion de la Journée internationale contre l’abus et le trafic de la drogue, le 26 juin dernier, lors de sa dernière audience générale, le Pape a interrompu son cycle de catéchèses sur l’Esprit et l’Épouse, pour se pencher sur ce fléau de plus en plus répandu, propagé pour des intérêts qui ne tiennent aucun compte des tragédies qu’elle crée chez tant de personnes sans expérience et dans tant de familles.

+

Pape François drogue
SociétéBioéthique

L’homme est-il un animal comme les autres ?

C'est logique ! de François-Marie Portes | Certains partis revendiquent de porter la cause animale et gagnent en crédibilité auprès des électeurs. L’observation attentive de leurs revendications permet de ne pas prendre à la légère des idées qui prennent de l’importance et de comprendre leur pertinence ou leur fausseté. L’animal peut-il donc faire l’objet d’un projet politique ?

+

animal