Béatification des martyrs de la Commune 4/4 : La Commune ou le retour de la révolution anticatholique

Publié le 22 Avr 2023
La Commune ou le retour de la révolution anticatholique

Inspirés par la haine de Voltaire et des révolutionnaires de 1793, excités par des journaux orduriers et leurs calomnies, les communards fermèrent et pillèrent les églises, interdirent l’habit religieux, emprisonnèrent les prêtres et finirent par de brutales exécutions.   La période insurrectionnelle de la Commune de Paris a duré près de deux mois. Le changement de régime politique, la misère ouvrière, la défaite française de Sedan face à la Prusse, le terrible siège de Paris qui affama la capitale pendant plus de quatre mois, ont engendré comme un cocktail explosif dans les mentalités de la capitale. La gauche révolutionnaire, héritière de 1793, a voulu renouer avec la sinistre épopée de ses fondateurs. Parmi les revendications idéologiques de cette tendance politique, la lutte contre l’Église constituait un principe majeur qui perdura tout au long de la IIIe République et anima les milieux socialistes, en France et à l’étranger, jusqu’à notre époque.

La propagande anticatholique

« Écrasons l’infâme », disait Voltaire. « À bas les calotins ! » répéteront ses lointains héritiers. L’anticléricalisme de la Commune ne s’est pas fait tout seul. Comme en 1793, l’Église et les « privilégiés » (les bourgeois ayant succédé à la noblesse comme ennemis du peuple, dans l’imaginaire collectif) furent visés pour leurs liens avec l’Ancien Régime (le Second Empire en l’occurrence) et avec la république bourgeoise de Thiers et consorts. Les meneurs du pouvoir insurrectionnel parisien connaissaient bien les honteuses méthodes pour livrer leurs ennemis à la vindicte d’un peuple affamé, crédule et surexcité. La presse joua alors sa partition, donnant dans la diffamation et le saccage, quitte à oublier les « efforts caritatifs incessants » (1) de tant de congrégations. En avril 1871, Le Cri du peuple publiait les résultats d’une enquête digne d’un mauvais roman policier : on aurait retrouvé les restes de jeunes femmes victimes du clergé dans les cryptes de l’église Saint-Laurent. Le même canard s’indignait ensuite de prétendus « squelettes d’enfants étouffés en naissant par les bonnes sœurs » (2) de Picpus. Quant au Père Duchesne ressuscité, véritable feuille de chou ordurière, il invitait, dans sa lettre du « 3 prairial an 79 », à « f… au bloc la famille de calotins qui fréquente la boîte » (3), c’est-à-dire l’église. Nous n’irons pas plus loin dans ce sinistre florilège de grossièretés. Une chose était sûre pour le communard pratiquant, « Qui dit calotin, dit ennemi du Peuple ! » (4)

Une législation digne de la Terreur

Dignes fils de 93, les ténors de la Commission exécutive prétendirent…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

       Armand Dumesniel

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseLiturgie

Pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle, en vue du redressement de l’Église

Jean-Pierre Maugendre, Directeur général de Renaissance catholique, propose une campagne internationale pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle. Malgré la déchristianisation croissante de la société et la crise de l'Église, il rappelle que celle-ci peut renaître par le biais de la liturgie traditionnelle, dont la sûreté doctrinale et la transcendance ont sanctifié ceux qui nous ont précédés pendant des siècles, et contribuent encore à de nombreuses conversions. À condition de lui redonner une liberté pleine et entière, et non pas seulement une tolérance restrictive. 

+

liturgie traditionnelle
ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation