Birmanie : un soulèvement généralisé contre le pouvoir établi

Publié le 26 Déc 2023
Birmanie

Aung San Suu Kyi, symbole de la résistance au pouvoir, prix Nobel de la paix en 1991, arrêtée en février 2021. © Claude TRUONG-NGOC

Depuis deux mois, la Birmanie fait face à un conflit généralisé de la population rebelle face au pouvoir établi et à l’armée, rendu possible par une coordination des mouvements.

  Le 27 octobre, dans le nord-est du Myanmar, pays connu aussi sous le nom de Birmanie, une coordination de mouvements rebelles a lancé une offensive militaire, dénommée « Opération 1027 ». Cette coordination porte le nom d’Alliance des Trois Frères, trois organisations la formant.  Pour la première fois, l’armée, qui tient les rênes du pays, se trouve en difficulté face à un soulèvement. Les experts occidentaux pensent possible un scénario du type de la révolution syrienne de 2011, tant les militaires au pouvoir sont exécrés en raison de leurs exactions contre la population.  Or, si celle-ci est constituée à 70 ou 75 % de Birmans, ou Bamas, le pays s’est constitué au cours des siècles grâce à l’annexion de régions dominées par des groupes ethniques différenciés. Ces derniers forment autant de minorités qui aspirent depuis longtemps à s’affranchir de la tutelle de la majorité birmane.  Promettant un apaisement des tensions, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, avec la fin de l’autorité coloniale britannique, un régime démocratique s’installa au Myanmar. Très vite néanmoins, soutenues par la Chine frontalière du pays, des insurrections éclatèrent. En 1962, le général Ne Win profita de cette instabilité pour prendre un pouvoir que les militaires n’ont jamais vraiment quitté depuis.   

Les militaires inquiets

Un semblant de libéralisation a pourtant lieu en 2010 : Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix (en 1991) et fille du héros de l’indépendance, voit son assignation à résidence levée. En novembre 2015, son parti remporte haut la main les élections législatives, et le 6 avril 2016 elle reçoit un titre correspondant à la position de Premier ministre.  Mais ses succès électoraux répétés inquiètent les militaires. Le 1er février 2021, elle est à nouveau arrêtée et l’armée, confisquant le pouvoir par la force, déclare l’état d’urgence. Dès le lendemain, un mouvement de désobéissance civile se met en place et d’immenses manifestations occupent la rue. L’armée tire à balles réelles. À la mi-avril, on compte plus de 700 morts victimes de ces tirs. Le 25 juillet, quatre personnes sont exécutées, dont un député élu en 2015.  Depuis, la situation ne cesse de se dégrader. Dans un communiqué daté du 26 septembre 2023,…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche