« Boîtes à bébés » : l’alternative qui sauve des vies 

Publié le 12 Nov 2023
boites à bébés grossesse

Le concept de « boîtes à bébés » se répand partout dans le monde même si la chose n’est pas encore autorisée en France. Ce dispositif permet aux femmes en situation difficile de confier leur bébé de façon anonyme directement après la naissance. Chine, Japon, République tchèque, États-Unis… Ils sont nombreux à avoir adopté ce système de « boîte à bébés » que certains espèrent voir devenir une alternative progressive aux abandons dans la nature, et peut-être même à l’avortement. Ces petites niches, souvent situées près d’hôpitaux ou de casernes de pompiers, permettent aux mères de déposer anonymement leur nouveau-né qui y restera tout au plus quelques heures jusqu’à l’arrivée d’une personne qualifiée, alertée par un détecteur de mouvement. Grâce au système de verrouillage et de régulation de la température, l’enfant demeure en toute sécurité le temps d’être recueilli puis emmené à l’hôpital et, plus tard, aux services sociaux. Existant déjà au Moyen Âge sous le triste nom de « tours d’abandon » et oubliées au début du XXe siècle, ces boîtes refont surface à travers le monde. Et pour cause, un constat terrible : l’abandon illégal, sur le bord des routes ou dans des bennes à ordures, ne diminue pas. Alors que de nombreuses femmes craignent encore d’assumer leur enfant ou de se rendre à l’hôpital pour accoucher en sécurité, certains continuent de croire que ces boîtes peuvent être l’ultime recours pour ces mères en détresse. En Afrique du Sud, par exemple, où 3 000 bébés sont abandonnés chaque année dans la nature, 200 ont pu être secourus grâce à ces boîtes, depuis leur installation au début des années quatre-vingt-dix. Les « boîtes à bébés » ne font cependant pas l’unanimité. En France, où l’accouchement sous X à l’hôpital reste courant (environ 600 par an), l’utilisation de ces boîtes n’est pas tolérée, la loi indiquant que chaque enfant est en droit de connaître ses parents biologiques. Aux États-Unis, certains y voient une pratique choquante et rétrograde, jugeant impensable qu’on se satisfasse d’un système où les femmes peuvent poursuivre une grossesse et un accouchement sans suivi ni aide médicale. La traçabilité des liens demeure aussi un inconvénient de taille pour l’enfant qui cherchera plus tard à renouer avec ses parents biologiques. Et pourtant, aux États-Unis, pas moins de 1 610 enfants ont été abandonnés illégalement depuis 1999, dans des conditions dangereuses et précaires, exposés à la possibilité de ne pas survivre et…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Aliénor de Pompignan 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
A la uneSociété

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle