Bonne année à tous ceux qui pensent que nous nous tairons

Publié le 14 Jan 2019
Bonne année à tous ceux qui pensent que nous nous tairons L'Homme Nouveau

Regardons les choses en face : adresser ses bons vœux, souhaiter une bonne année alors que 2019 verra très probablement la révision des lois de bioéthique relève de la pire des hypocrisies, de la plus coupable ignorance ou de la plus joyeuse des espérances. 

Bonne année, oui…

Bonne année à tous les embryons qui seront congelés et décongelés comme un méchant plat Picard au gré des projets parentaux.

Bonne année à tous ces embryons que l’on respecte moins que des rats de laboratoire et qui seront détruits au nom de la recherche.

Bonne année à toutes les mères porteuses qui louent leur utérus, qu’elles soient consentantes et convaincues d’agir par altruisme, ou forcées parce qu’elles ne voient pas d’autres moyens d’échapper à la misère.

Bonne année à tous les enfants à qui l’on expliquera qu’ils ont deux mamans, ou plutôt deux mamans d’intention dont l’une est aussi biologique mais un père biologique qui n’est pas d’intention, et qui n’est d’ailleurs rien du tout de plus qu’un fournisseur en gamètes mâles.

Bonne année à tous les médecins, toutes les infirmières, toutes les sages-femmes qui subiront pression, mépris ou intimidation parce qu’ils refuseront de tuer un enfant dans le sein de sa mère.

Faut-il allonger encore la liste ?

Bonne année quand même

Bonne année quand même, et ce ne sont pas de vains mots, parce que le mal et l’indignité ne sont pas une fatalité. Ce ne sont pas des vains mots, non, et, plus encore, que cette année ne soit pas celle des mots vains et mensongers. Car si nous doutons parfois de notre capacité à agir face à un système politique et médiatique extrêmement puissant, il y a bien une chose que nous pouvons faire : traquer ces mots et expressions retorses, traquer ces chevaux de Troie sémantiques, ces Judas du verbe qui permettent à n’importe quelle aberration morale de passer pour une formidable avancée de l’humanité.

Elles sont légions, ces expressions mensongères, avec l’interruption volontaire de grossesse (IVG) en tête. On sait le pouvoir des acronymes et il n’est rien qui soit à la fois aussi neutre et professionnel, lisse et moderne qu’une série de majuscules balancées avec assurance. IVG, ça en jette, on en oublierait presque qu’il s’agit de supprimer une vie. Ses partisans le savent bien, d’ailleurs, et détestent que l’on parle d’avortement. Alors, s’il faut parler d’interruption volontaire de grossesse, c’est d’accord, mais nous le ferons à bon escient. Au sens strict, interrompre – pour éventuellement la reprendre après – une grossesse, c’est ce que font les parents qui recourent à la procréation médicalement assistée (PMA) et font produire un certain nombre d’embryons dont certains sont inséminés dans l’utérus de la mère et d’autres congelés en attente d’un éventuel projet parental. Un peu comme on dirait à une tante ou un collègue à table ou en réunion qu’on l’interrompt parce que l’on a quelque chose d’important à dire, l’IVG – au sens strict –, c’est dire à l’embryon que l’on est désolé mais que tout minuscule tas de cellules qu’il est, il n’a pas grand-chose à dire et qu’on l’interrompt quelques mois ou quelques années – sauf son respect, merci beaucoup – parce qu’on a plus important, non pas seulement à dire, mais à vivre. 

Voilà, nous pouvons dire, chacun à notre place, en ayant à cœur de ne pas céder aux entourloupes sémantiques, nous pouvons affirmer envers et contre tout, la valeur inestimable de la vie humaine. 

Et c’est justement parce qu’il faut le dire que j’ai accepté cette année d’être porte-parole de la Marche pour la Vie, qui aura lieu le 20 janvier à Paris. Cette mission fait évidemment largement écho à ce que L’Homme Nouveau a toujours défendu. Elle est une façon différente et complé­mentaire de défendre la vie, comme j’ai toujours cherché à le faire en traitant les sujets de bioéthique dans ces colonnes. Je n’ai jamais cru qu’un journaliste puisse être neutre, il doit en revanche être honnête dans sa recherche de la vérité… Et la Marche pour la Vie a justement ce courage de cette vérité puisqu’elle ose, aujourd’hui encore et malgré une terrible pression médiatique et politique, dire qu’une civilisation ne peut considérer les plus faibles des siens comme une variable d’ajustements des désirs des plus forts, des plus riches ou des bien-portants. 

Alors bonne année à tous ceux qui pensent que nous nous lasserons, bonne année à tous ceux qui pensent que nous nous tairons… Ils ne vont pas être déçus !

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun