Catholic Charities de Richmond : l’abomination !

Publié le 19 Juin 2008
Au quotidien n° 247 : état de droit et refondation politique L'Homme Nouveau

L’excellent blogue catholique américain Rorate Cæli a mis hier un coup de poing sur la table ! Il faut dire que l’événement qu’il raconte dans son éditorial, et qui remonte au tout début de cette année, dépasse l’entendement. Il traite de Catholic Charities, la plus grande organisation charitable privée, car catholique, fondée en 1910 aux États-Unis. Je suis ses compromissions et ses dérives depuis quelques années pour L’Homme Nouveau à qui j’ai déjà donné deux “papiers” sur cette organisation : « Lumières et ombres » (n° 1358 du 10 décembre 2005) et « L’amer dénouement » (n° 1366 du 1er avril 2006). Lisons l’éditorial de Rorate Cæli – ce qui est en gras l’est ainsi dans l’original –, et prions !

« Catholic Charities of Richmond, Inc., une agence du diocèse de Richmond (Virginie), est la première à avoir fait profiter d’un “dispositif contraceptif” à une jeune Guatémaltèque de 16 ans et sans ressources. Puis, selon les autorités fédérales, “des membres [de Catholic Charities] ont signé le formulaire d’accord requis pour qu’une mineure puisse obtenir un avortement, et l’un d’entre eux l’a menée en voiture jusqu’à la clinique d’avortement puis l’a ramenée chez elle” en janvier 2008.
C’est beaucoup plus scandaleux que la crise des abus sexuels sur des mineurs. C’est un meurtre ! Des têtes doivent tomber, et pas seulement celles des employés, mais d’abord celle de l’évêque qui supervise. Il doit démissionner.
De toute évidence, Catholics Charities de Richmond est hors contrôle ; celui qui doit superviser (episcopos en grec) toutes les activités catholiques dans le diocèse de Richmond, est son évêque, Mgr Francis Xavier DiLorenzo. Ce qui s’est passé sous son regard n’est pas qu’un simple “incident”. Ce fut la mort d’un être humain innocent, confié par la divine Providence aux soins d’une agence de l’Église, dont le superviseur était et demeure l’évêque. Il doit démissionner.
Le réseau national des Catholic Charities, Catholic Charities USA, a, à juste titre, désigné l’autorité responsable, Mgr DiLorenzo, remarquant que « [Catholic Charities of Richmond] est juridiquement sous la direction du diocèse de Richmond dont l’évêque appartient à [son] conseil d’administration ». Cet évêque est responsable de cette grande tragédie et de cette mort peccamineuse qui se sont déroulées sous son autorité. Il doit démissionner.
La culture de mort s’est retranchée dans les dispositifs d’assistance de ce diocèse. Une lettre d’excuses à ses frères évêques – une lettre secrète ! – ne saurait suffire. L’évêque est le superviseur d’une organisation meurtrière. Cet évêque est une honte pour l’Église catholique. Il doit démissionner ».

 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

Le chaos organisé

L'Essentiel de Joël Hautebert | Si la France se trouve dans une désastreuse situation de désordre institutionnel et social, c'est bien par une volonté dont témoignent d'ailleurs les propos du chef de l'État. Mais il ne s'agit pas seulement d'une basse manœuvre politicienne pour rester au pouvoir. Se dessine là la vraie nature de la postmodernité, qu'il s'agit avant tout de bien comprendre pour y opposer une action structurée tendue vers le bien de la Cité.

+

chaos
Société

La prévention comme moyen prioritaire de la lutte contre le trafic de drogues

Parole du Pape | À l’occasion de la Journée internationale contre l’abus et le trafic de la drogue, le 26 juin dernier, lors de sa dernière audience générale, le Pape a interrompu son cycle de catéchèses sur l’Esprit et l’Épouse, pour se pencher sur ce fléau de plus en plus répandu, propagé pour des intérêts qui ne tiennent aucun compte des tragédies qu’elle crée chez tant de personnes sans expérience et dans tant de familles.

+

Pape François drogue