Comment enterre-t-on un pape émérite ?

Publié le 04 Jan 2023

Le 8 avril 2005, lors des obsèques de saint Jean-Paul II, c’est un certain Joseph Ratzinger, alors préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, qui présidait la cérémonie. Ce dernier sera enterré ce 5 janvier, sous le nom de Benoît XVI, lors d’une cérémonie présidée par son successeur, le pape François.

Cela fait maintenant cinq jours que Joseph Ratzinger, Benoît XVI depuis son élection au rang de vicaire du Christ en 2005, est décédé. Cinq jours parmi lesquels trois où le corps du saint Père a été exposé à la dévotion des fidèles. Cette exposition prendra fin ce jeudi 5 janvier, avec l’inhumation du 265ème successeur de Pierre.
Les funérailles d’un souverain pontife ne sont pas anodines. En 1996, saint Jean-Paul II publiait la constitution apostolique Universi dominici regis dans laquelle il établissait les différentes règles à suivre à la mort d’un pape. Le chapitre V de la partie I est alors consacré à l’enterrement du souverain pontife. Il est ainsi écrit que « Après le décès du Pontife Romain, les Cardinaux célébreront pendant neuf jours consécutifs les services funèbres pour le repos de son âme ». Cependant, cette constitution ne précise pas le cas de funérailles d’un pape émérite. Matteo Bruni, directeur du Bureau de Presse du Saint-Siège, a affirmé que la messe « suivra globalement celle des funérailles d’un souverain pontife, avec quelques éléments originaux et quelques éléments manquant, qui sont ceux davantage pertinents pour un pontife régnant ». C’est donc sans grande modification par rapport aux funérailles d’un pape régnant qu’auront lieu celles du pape émérite Benoît XVI.

La cérémonie des funérailles commencera alors à 9h30, ce jeudi 5 janvier. Auparavant, le corps de Benoît XVI sera exposé à la dévotion des fidèles, pour le chapelet précédant toute cérémonie pontificale. S’en suivra alors la messe de requiem présidée par le pape François mais célébrée par le cardinal Giovanni Battista Re, doyen du Collège des cardinaux, du fait des difficultés de déplacement pour le saint Père. Concélébreront avec lui tous les patriarches, cardinaux, archevêques, évêques et prêtres, qui l’auront demandé, et qui seront alors vêtus de rouge.
Selon la tradition, le cercueil du défunt pontife sera déposé au pied de l’autel, en tenue d’évêque, l’évangile déposé sur son corps, le cierge pascal brûlant à côté, afin de rappeler à tous le rôle du pape sur Terre : être vicaire de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
À la suite de cette messe, le corps du saint Père Benoît XVI sera alors transporté aux caves du Vatican. Il est précisé que le cercueil sera visible à la presse sur la place saint Pierre mais ne le sera pas dans les grottes : « l’extérieur est visible, tout ce qui se passe dans la grotte n’est plus visible. L’enterrement est considéré comme un événement privé, il l’a toujours été, il le reste » a précisé Matteo Bruni.
Le saint Père Benoit XVI sera alors enterré à l’endroit même où furent inhumés ses successeurs Jean XXIII d’abord, Jean-Paul II ensuite, avant leur canonisation et leur transfert dans la basilique saint Pierre. Le défunt pape sera enterré avec un texte résumant le pontificat de Benoît XVI ainsi qu’une bourse composée des monnaies de son pontificat.

Aymeric Rabany

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Mgr Rougé : « La mission n’est pas facile mais elle est belle ! »

Initiatives chrétiennes | Sacré en 2018 évêque du diocèse de Nanterre, Mgr Rougé participe ce mois-ci à l’Assemblée plénière des évêques de France. Il évoque pour nous les thèmes qui y seront traités mais surtout ce qui fait son quotidien : les sacrements, la mission, les visites de terrain, les rencontres avec les élus, l’écoute des fidèles.

+

mgr rougé