Conçus dans un tube

Publié le 05 Juil 2012
Conçus dans un tube L'Homme Nouveau

Sur quelque 130 millions de naissances par an dans le monde, près de 350 000 enfants sont conçus par FIV (fécondation in vitro). Le chiffre a été rendu public le 2 juillet dernier lors de la conférence de la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie (ESHRE) à Istanbul. Cela représente 0,3 % des naissances au niveau mondial. En France, ce sont 1,5 % des enfants qui sont conçus selon ce procédé, c’est à la fois peu… et trop !

La FIV fait partie de ces techniques de procréation médicalement assistée (PMA), certes impressionnantes sur le seul plan technique, mais abusivement considérées comme un traitement de la stérilité. Pourtant les techniques de PMA ne soignent pas le corps défaillant mais s’en passent. Outre la question éthique que pose la séparation de l’acte d’amour de la procréation, la menace eugéniste se fait jour une fois de plus, à telle enseigne que, paradoxalement, le désir de la vie à tout prix se nourrit d’un refus de cette même vie.

Le taux de succès des FIV en France aujourd’hui avoisine les 45 %, ce qui suppose un nombre assez considérable de manipulations qui échouent, sans compter les embryons effectivement conçus mais congelés en attente d’un projet parental, alignés par centaines dans des tubes d’azote liquide. Ces embryons surnuméraires posent un cas de conscience éthique à nombre de personnes ayant pourtant recours à la PMA mais leur permettent en même temps de n’avoir que l’embarras du choix et d’être assurées que le projet parental pourra aboutir. Ainsi, pour que le couple qui a recours à une FIV puisse faire un véritable choix devant l’éventail de possibilités le plus large possible, de nombreux embryons sont conçus parmi lesquels le plus performant sera sélectionné.

FIV2

L’eugénisme du diagnostic préimplantatoire est manifeste, qui consiste à choisir l’embryon qui sera ensuite implanté dans le corps de la mère. Il s’ajoute parfois à un tri préalable lorsque le couple a recours à un donneur de sperme dès lors que ce sont les gamètes les plus performantes qui sont sélectionnées. Des recherches prometteuses permettent de supposer que sous peu, des ovules pourront même être conçus ex vivo (c’est-à-dire hors du corps de la femme), à partir uniquement de tissus ovariens. Là encore, un large éventail de choix sera offert aux couples. Le biologiste Jacques Testart parle en ces termes : «  Il ne devrait échapper à personne que cette stratégie sous-tend une véritable révolution eugénique puisque tout couple pourrait faire “évaluer” en un seul jour autant d´enfants potentiels qu’il en aurait fait naître s’il avait vécu un siècle de rapports fertiles ; puis transformer en enfants réels seulement un ou deux des embryons qui autorisent les meilleurs pronostics. »

Actuellement en France, ne sont tenus au DPI que les couples porteurs d’une maladie grave et héréditaire mais la logique même de la PMA voudrait que cette pratique soit étendue à tous les couples et, pourquoi pas ?, rendue obligatoire. Comment, à terme, seront considérés les parents malades ayant choisi d’enfanter malgré tout ou les parents qui accepteront de donner la vie à un enfant malade ? Jusqu’où iront la culpabilisation et le mépris ? Car la logique est toujours la même, qui part du principe – tout à fait juste d’ailleurs – qu’il vaut mieux être en bonne santé que malade et qui en conclut – et c’est là qu’est l’erreur – qu’accepter la personne malade c’est vouloir la maladie. Ceux qui acceptent de porter un enfant malade sont, au même titre que ceux qui s’opposent à la maladie, soumis à un terrible procédé de culpabilisation qui voudrait faire croire qu’ils désirent leur propre souffrance ou celle des autres.

Il faut dire, et il faudra le dire de plus en plus fort étant données les perspectives éthiques et scientifiques qui se profilent, qu’il vaut mieux une vie avec de la souffrance que pas de vie du tout.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie