Cristeros : un film remarquable

Publié le 06 Mai 2014
Cristeros : un film remarquable L'Homme Nouveau

Le réalisateur Dean Wright a réussi un exploit avec le film Cristeros. Une pléiade de très bons acteurs, des décors superbes, tout a été réuni pour en faire un chef-d’œuvre.

Il y a eu Mission, Christophe Colomb… Il y a maintenant Cristeros. Ce film remarquable relate l’aventure unique des chrétiens de Mexique refusant de mettre leur foi sous le boisseau. Des premières exactions du Président mexicain Plutarco Calles à l’encontre de l’Église jusqu’à la répression par l’armée des fédéraux et, en réaction, la formation d’une véritable armée de rebelles sous le commandement du général Gorostieta, ce film fait revivre ces heures troubles et glorieuses à la fois de ces trois années de lutte, de 1926 à 1929 où est signé un traité de paix. Par cette évocation d’un grand réalisme (les âmes sensibles doivent être alertées), dans des décors magnifiques, le spectateur est plongé pendant plus de deux heures dans ce combat pour l’honneur du Christ-Roi. Les acteurs font revivre toutes les phases décisives de cette histoire. Les sentiments de crainte, d’exaspération, de peur, de doutes propres à ce genre de situation où des vies sont en jeu, sont parfaitement rendus.

De forts personnages

Les décors superbes – des somptueuses villas aux campements de fortune de l’armée –, la beauté des paysages immergent dans ce début de XXe siècle où le raffinement (Eva Longoria en distinguée épouse du général Gorostieta) n’empêche pas le courage et la détermination. Le général Gorostieta magistralement interprété par Andy Garcia (Le Parrain, Ocean’s eleven, Adieu Cuba, etc.), fait preuve d’une force d’âme et d’une sensibilité profonde. Car ces rebelles ne sont pas des barbares, même s’ils sont amenés à combattre et à tuer. Bien que n’étant pas particulièrement pieux, le général se laisse convaincre de rejoindre les insurgés, plus par amour de la liberté que par celui du Christ-Roi. Mais peu à peu, la grâce fait son œuvre… et l’évolution des sentiments du soldat est palpable.

De grands acteurs

Il n’y a pas de petit rôle dans ce film, où chaque personnage est fort bien rendu. Il y a les militants d’une heure, les prêtres stoïques… et de jeunes héros. Parmi eux, l’adolescent José Sánchez del Rio (Mauricio Kuri). Fasciné par la personnalité de son curé, un saint prêtre assassiné sous ses yeux, il décide de s’engager. Pris sous la coupe du général, il aide partout où il peut… jusqu’à être capturé par les soldats fédéraux. Il sera d’une fidélité sans faille, refusant toute compromission et acceptant le martyre, au cri de « Viva el ­Cristo-Rey ». L’acteur Mauricio Kuri joue là une véritable passion, toute empreinte de foi et de résignation. Notons aussi l’affection mêlée de lâcheté du parrain de José, maire de la ville, dont l’attachement à son filleul cède le pas à une soumission servile au pouvoir. Parmi les jeunes femmes, engagées pour aider la rébellion, dont le courage, la détermination… et la peur aussi sont manifestes, la jeune Catalina Moreno (Maria pleine de grâce, Paris je t’aime, Magic Magic,…) dont le talent est remarquable. Plus discrète, mais non moins extraordinaire, la force d’âme de la mère du jeune José Sánchez del Rio qui l’accompagne jusque dans son martyre et l’offre, telle Notre Dame au pied de la Croix.

On notera la présence d’autres acteurs de talent : on retrouve Rubén Blades (Ennemis rapprochés, Sécurité rapprochée, Cartel…), Peter O’Toole (Laurence d’Arabie, Casino royale, Le Dernier Empereur,…), Santiago Cabrera, etc.

Deux heures de communion

La profondeur des sentiments ne manque donc pas tout au long de ces deux heures de spectacle. Certains regretteront peut-être la violence des combats, des persécutions, la crudité des supplices infligés au jeune José Sánchez del Rio, mais ce réalisme apparaît nécessaire afin de rendre compte de ces heures tragiques trop longtemps laissées aux oubliettes de l’Histoire. Hugues Kéraly avait déjà levé un voile dans son ouvrage qui vient d’être réédité, La Véritable Histoire des Cristeros. Souhaitons que le film aidera à mieux faire connaître ces martyrs dont certains ont été béatifiés en novembre 2005.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureDoctrine socialeLettre Reconstruire

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote
A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création