De l’endettement à la sujétion

Publié le 12 Sep 2014
De l’endettement à la sujétion L'Homme Nouveau

Épinglée par la Commission européenne en raison de son déficit public, la France se voit sommée de payer le prix d’un endettement non maîtrisé. Certes, depuis les années 1990, les emprunts publics se sont démocratisés et la dette publique est devenue la norme mondiale.

Toutefois, à la suite de la crise de 2008, la France s’est retrouvée silencieusement créancière des fonds souverains de puissances émergentes, qu’il s’agisse du Qatar, de l’Arabie saoudite, du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine, ou de l’Afrique du Sud. Ceci s’est naturellement soldé par un affaiblissement économique. Cela a également contraint la France à réexaminer sa politique de puissance.

L’exemple de la Russie

À l’inverse, un État comme la Russie, qui a réussi à passer au-dessous du seuil des 25 % d’endettement par rapport au P.I.B., remboursant en 2006 ses créances auprès du Club de Paris, se trouve actuellement dans une situation nettement plus favorable. Son embellie économique a permis la mise en place d’une véritable politique de puissance adossée à une diplomatie redoutablement efficace. Notre endettement croissant ne saurait donc être pris avec une insouciance légère. D’ailleurs, qu’advint-il de Gênes minée par le déficit public et endettée de deux millions de livres auprès du roi Louis XV ? Elle dut lui céder la Corse aux termes du traité du 15 mai 1768. L’on ne saurait oublier que la conséquence ultime de l’endettement public est celle du démantèlement des territoires débiteurs au profit des États créanciers.

FlichyHanne L%27endettement couv

Olivier Hanne est chercheur à l’Université d’Aix-Marseille. Thomas Flichy de La Neuville est spécialiste du monde iranien. Tous les deux interviennent régulièrement dans l’Homme Nouveau.  Ils viennent de publier L’endettement ou le crépuscule des peuples aux éditions de l’Aube, (112 p., 12 euros.). 

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

La tradition pro-vie des Philippines

Cette résistance s’explique par la longue tradition pro-vie qui imprègne l’archipel. En 2006, Gloria Arroyo, alors présidente des Philippines, s’était engagée à mettre son veto à toute loi légalisant l’avortement dans son pays.

+

shutterstock 65158405
International

Système international des droits de l’homme : corruption et influence

Le scandale de corruption qui vient d’éclater à la Commission européenne pose la question de la façon dont des ONG, des fondations privées ou même des États pèsent sur les instances internationales. Au moment où l’European Centre for Law and Justice alerte sur le financement occulte de plusieurs experts de l’Onu, l’un de ses chercheurs associés explique la mainmise de certains sur les entités censées défendre les Droits de l’homme...

+

1774 ECLJ George Soros
International

La Hongrie au ban de l’Europe

Selon Bruxelles, le système politique hongrois est basé sur la corruption. Les passations de marchés publics manqueraient de clarté et les proches de Viktor Orban, le Premier ministre, s’enrichiraient aux dépens du pays. D’autre part, le système judiciaire manquerait d’indépendance vis-à-vis de l’exécutif qui pèserait sur les juges pour protéger ses clients.

+

Hongrie