Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Publié le 02 Mai 2024
vietnam clergé

Une messe de Pâques en 2011 au Vietnam : une Église courageuse et en croissance. © CC BY-SA 3.0, Ngo Trung

Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

  La fin de la Seconde Guerre mondiale correspond à l’initiation d’un processus complexe qui va conduire à l’indépendance de nombreux pays intégrés dans l’espace colonial des puissances européennes : la décolonisation. Sans entrer dans les débats idéologiques sur cette importante phase de l’histoire mondiale au XXe siècle, il convient de nous pencher sur la manière dont le Saint-Siège a accompagné ce processus dans le cadre particulier du Vietnam, et comment le clergé indigène a connu une promotion sans précédent pour remplacer sur place les missionnaires européens.  

Rome soucieuse des réalités locales

Il convient de noter d’emblée que Rome s’est penchée sur le dossier de la décolonisation bien avant que le processus ne fût politiquement engagé. Le Saint-Siège était en effet conscient des tensions qui pouvaient exister dans certaines régions entre les puissances colonisatrices et les réalités locales. Au Vietnam, la fin du XIXe siècle a été marquée par la diffusion d’une profonde hostilité envers la présence française – qui déjà s’était fait sentir au fil des persécutions récurrentes qui touchèrent tout autant le clergé occidental que les vocations locales. Pour l’Église, le danger d’un amalgame entre les missionnaires et les autorités coloniales risquait de menacer les progrès de l’évangélisation. Dans les années 1920, Rome a voulu « imposer un renouvellement des stratégies missionnaires » afin d’« émanciper les missions de l’entreprise coloniale » (1). Benoît XV invitait ainsi les ouvriers de l’évangélisation à ne pas « chercher d’autre gain que celui des âmes » (2). La promotion d’un clergé indigène était la solution la plus évidente pour conjurer les menaces qui pesaient à la fois sur les Empires coloniaux et sur le processus d’évangélisation. Trois documents pontificaux ont vigoureusement promu ce renouvellement en faveur de la formation d’un clergé local susceptible de remplacer les missionnaires occidentaux. L’encyclique Rerum Ecclesiæ (1926) de Pie XI soulignait «l’immense intérêt que présente le recrutement du clergé indigène ». En négligeant ce projet capital, les Églises locales se trouvaient menacées par de longs retards dans leur constitution. En outre, le Pape rappelait que les prêtres autochtones ne devaient aucunement…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Abbé Armand Dumesniel 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
EgliseChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (3/3) : Monseigneur Thuan, exemple d’un évêque résistant

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 3/3 | Issu d'une famille catholique emblématique au Vietnam, neveu du président Diem et de Mgr Thuc, archevêque de Hué, Mgr Van Thuan ne renonça jamais à résister au régime communiste, continuant sa mission en toutes circonstances, malgré les dangers, les poursuites, la captivité et finalement l’exil. 

+

Monseigneur Thuan vietnam
EgliseChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (1/3) : Que sont devenus les catholiques ?

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » (1/3) | Dans un pays passé des mains de la France à une partition violente puis à l’écrasant joug communiste, la minorité catholique, née au XVIIe siècle, subira les persécutions les plus extrêmes, malgré d’éminents représentants, très lucides sur ce qui l’attendait, et sur l’héroïque résistance d’humbles populations paysannes.

+

vietnam
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle