La doctrine sociale de l’Église a-t-elle un caractère obligatoire ?

Publié le 15 Avr 2021
doctrine sociale

Poser une telle question pourra sembler étrange, mais elle permet en fait de situer la place de la doctrine sociale de l’Église dans l’effort d’évangélisation et l’annonce du Christ, tâches à laquelle se dévouent l’Église et l’ensemble des chrétiens.   La doctrine sociale de l’Église est-elle une matière à option ? Le fait que la doctrine sociale de l’Église soit finalement peu connue, peu diffusée et peu enseignée laisse souvent penser qu’elle n’est qu’une matière à option. Le catholique pourrait de ce fait s’y intéresser ou non, en prendre tout ou partie ou lui donner les inflexions qu’il jugera éventuelle­ment utiles. La sécularisation grandissante au sein même du catholicisme, la fragmentation importante de celui-ci, notamment par manque de repères doctrinaux clairs, expliquent certainement en partie cette approche. L’urgence de l’évangélisation et de la transmission des données premières de la foi également. Dans une société qui n’est plus chrétienne, il semble plus urgent, même d’un simple point de vue culturel, de transmettre les connaissances qui permettront aux jeunes générations de comprendre (par exemple) la fonction d’une église ou d’un baptistère ou, plus simplement encore, d’expliquer ces tableaux qui représentent (par exemple) une dame et un homme entourant un enfant placé entre un âne et un bœuf. Devant une telle situation, la question de la doctrine sociale de l’Église, de son étude et de son application, paraît vraiment être un luxe. Quelle place occupe la doctrine sociale dans la mission de l’Église ? Dès 1991, Jean-Paul II dans son encyclique Centesimus annus soulignait le lien intrinsèque entre cette doctrine et l’annonce de la foi : « l’enseignement et la diffusion de la doctrine sociale de l’Église appartiennent à sa mission d’évangélisation ; c’est une partie essentielle du message chrétien, car cette doctrine en propose les conséquences directes dans la vie de la société et elle place le travail quotidien et la lutte pour la justice dans le cadre du témoignage rendu au Christ Sauveur. » Plus loin, il revenait sur cet aspect, en écrivant : « La “nouvelle évangélisation”, dont le monde moderne a un urgent besoin et sur laquelle j’ai insisté de nombreuses fois, doit compter parmi ses éléments essentiels l’annonce de la doctrine sociale de l’Église, apte, aujourd’hui comme sous Léon XIII, à indiquer le bon chemin pour répondre aux grands défis du temps présent, dans un contexte de discrédit croissant des idéologies. » De son côté, le Catéchisme de…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

La Rédaction de Reconstruire

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien