Élections polonaises : les non-dits

Publié le 06 Nov 2023
élections Pologne Duda tusk PIS

Andrzej Duda, président de la République de Pologne, venu du PIS, va devoir former un gouvernement avec Donald Tusk, gagnant des dernières élections avec une alliance fragile. © Sejm RP

Le 16 octobre, on apprenait la défaite du parti Droit et Justice (le PIS), au pouvoir depuis 2015, aux élections parlementaires polonaises. Défaite relative, cependant, puisqu’il a fallu l’alliance de trois partis pour le vaincre. Encore cette victoire de l’alliance, avec 53,71 % des voix, n’est-elle pas très solide. En effet, quand le PIS arrive en tête, en tant que parti, avec 35,38 % des suffrages exprimés, son opposition est divisée entre la Coalition civique, avec 30,7 % des voix, les Démocrates chrétiens, élus à 14,40 %, et La Gauche, à 8,61 %, qui représente un agglomérat de groupuscules gauchisants allant des néocommunistes aux écologistes. Encore La Gauche s’est-elle montrée réservée jusqu’à la fin, n’acceptant qu’une alliance électorale et non pas une liste commune comme l’aurait voulu la Coalition civique. En outre, la position du PIS est moins faible qu’il ne paraît à première vue. Le parti peut en effet compter sur l’extrême droite et totaliser ainsi 43 % des suffrages. Il serait alors à sept points de la majorité. Voilà bien où le bât blesse pour l’opposition. En effet, en théorie, Andrzej Duda, le président de la République en activité, devrait appeler le PIS à former le gouvernement, puisque ce parti fait le plus haut score avec 5 % de plus que la Coalition civique. Mais, en agissant ainsi, la majorité du Parlement étant passée à l’opposition, le gouvernement n’obtiendrait pas l’indispensable vote de confiance.  

Quel chef de gouvernement ?

Aussi, même si Duda sort lui aussi des rangs du PIS, on s’attend à ce qu’il nomme Donald Tusk, le chef de la Coalition civique, pour former le gouvernement. C’est l’hypothèse la plus crédible, sauf si les rangs de l’opposition se disloquent en raison de leurs divergences de vues. Tusk, son chef, est souvent perçu comme l’antinomie du PIS, spécialement ici en Europe de l’Ouest. Certes, cet ancien président du Conseil européen est un indéfectible européiste. Certes encore, comme La Gauche, son alliée, il soutient l’avortement et les « droits des minorités LGBT ». En revanche, il a tenu des propos critiques à l’égard de l’immigration, allant jusqu’à accuser le PIS d’avoir fait entrer des milliers de migrants « en provenance de pays islamiques ». La Gauche n’a pas apprécié. Quant à la Démocratie chrétienne, l’autre alliée de Tusk, elle se révèle plus conservatrice qu’on ne le croit. Elle entretient même des contacts avec les élus du PIS. Finalement pas très solide,…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche