Embryons à vendre !

Publié le 19 Avr 2013
Embryons à vendre ! L'Homme Nouveau

« Embryons surnuméraires dépourvus de projet parental ». Un nom qui équivaut à un arrêt de mort. La technique de la congélation d’embryons en vue d’une réimplantation nous vient tout droit d’Australie où elle fut réalisée pour la première fois en 1984. Depuis, nous ne le savons que trop bien, la pratique est désormais courante en France. Mais pour qu’une grossesse aboutisse, il faut plusieurs essais… C’est pourquoi plusieurs embryons sont conçus in vitro puis congelés s’ils n’ont pas été utilisés, en attendant un éventuel projet parental. Ils sont conservés cinq ans maximum, délai au-delà duquel ils sont détruits sans plus de cérémonie.

En 2008, l’Académie pontificale pour la Vie avait rendu un avis sur les embryons congelés dont le statut est éminemment délicat. Comme on pouvait le prévoir, il est apparu qu’aucune solution, que ce soit la réimplantation ou la destruction, n’était morale. Un vrai casse-tête, donc, pour les personnes soucieuses de respecter la dignité humaine et confrontées à l’existence de ces milliers d’embryons dont on ne sait que faire.

Comme nous vivons une époque décidément formidable, d’aucuns, moins chagrinés par la notion de dignité, ont mis en place un processus bien huilé. Ainsi l’Institut Marquès, à Barcelone, spécialisé dans la Procréation Médicalement Assistée (PMA), explique :

« Adopter signifie s’occuper d’un être humain comme si c’était son propre enfant lorsque les parents biologiques de celui-ci n’ont pas la possibilité de le faire.

Adopter un embryon signifie réaliser un traitement en vue d’obtenir une grossesse grâce à des embryons dont leurs parents biologiques n’ont pas choisit leur affectation.

En ce qui concerne l’affectation des embryons congelés, la loi sur la reproduction assistée permet toutes les options possibles:

les implanter à la patiente même.

Les donner à d’autres patientes.

Les détruire.

Les donner pour la recherche. »

Outre-Atlantique, les promoteurs de la culture de mort ne perdent pas le nord. À l’aberration morale s’ajoute l’appât du gain depuis que la clinique de fertilité de Davis, en Californie, propose désormais à la vente des embryons surnuméraires aux couples stériles. Un procédé juteux et plus commode sur le plan technique puisqu’il permet d’échapper à la procédure de récolte des gamètes. Et résout facilement, par la même occasion, le problème des embryons congelés dépourvus de projet parental. Il faut faire de la place dans les congélateurs.

Plus d’adoption donc, mais ni plus ni moins l’achat de bébé, pour la modique somme de 7500 euros, peut être moins si l’on attend les soldes de l’été.

Le marché de l’être humain, ouvert avec les mères porteuses, se diversifie…

En France, d’aucuns attendent sagement que la vente d’embryons traverse l’Atlantique.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage