Emmanuel Macron en Afrique : une tournée présidentielle sous tension

Publié le 17 Mar 2023

Les 1er et 2 mars, à Libreville (Gabon), Emmanuel Macron participait à un sommet qui avait l’ambition d’offrir « des solutions concrètes » en matière de conservation des forêts et de dérèglement climatique. C’était le « One Forest Summit », un peu décalé par rapport aux réalités de la région, mais qui va remplir son office de « pompe à fric » sous forme de subventions diverses et de reversements de taxes carbone.  Le malentendu viendra après, au moment de l’utilisation de la manne : les Occidentaux la voient financer le développement de la région, quand d’autres, comme c’est l’usage, préféreront investir dans l’immobilier de la bonne vieille Europe.  Nous n’en sommes pas encore là ! Pour l’heure, le président Macron était jusqu’au 4 mars en opération sauvetage de l’image de la France en Afrique. Une image aux couleurs bien délavées avec la lessive démocratique, offerte comme solution à tous les maux, et le rinçage de la propagande russe.  Au Gabon, c’était mal parti. L’opinion locale lui a reproché de venir quelques mois avant les élections présidentielles, l’accusant « d’ingérence » en faveur d’Ali Bongo, l’actuel président.  Au Congo dit Brazzaville, notre ancienne colonie, la faute du premier Français était plus indiscutable. Le président en exercice, Denis Sassou-Nguesso, est quasi indéboulonnable depuis 1979. À l’Élysée, on n’aime pas ça et Emmanuel Macron a décidé de le montrer : il n’est resté dans le pays que trois heures, dont la moitié dans les jardins de la résidence de l’ambassadeur, à papoter avec la communauté française vivant dans le pays.   Carrément une insulte ! Sassou-Nguesso a lui été impeccable : au programme de discrétion prévu, il a répondu en arrivant à l’aéroport avec tout le gouvernement, fanfare en tête, au milieu d’un déluge de banderoles célébrant l’amitié indestructible entre nos deux pays. C’était ironique et habile. D’autant plus que la pilule était dure à avaler : le président français a repris l’avion pour aller dormir à Kinshasa, de l’autre côté du fleuve qui fait la frontière avec la RDC, le Congo bis, l’ex-belge.  Cette préférence marquée pour la RDC s’est néanmoins illustrée par un propos bien peu diplomatique. Le président a osé dire en conférence de presse : « Depuis 1994, ce n’est pas la faute de la France si vous n’avez jamais été capables de restaurer la souveraineté ni militaire,…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche