En 2004 : Les États-Unis anticipaient déjà l’avènement du Califat

Publié le 07 Oct 2014
En 2004 : Les États-Unis anticipaient déjà l'avènement du Califat L'Homme Nouveau

Le monde s’est réveillé cete fin 2014 face à un Califat déterminé dans sa volonté de conquête et d’islamisation. Pourtant, cette émergence avait déjà été envisagée.

En 2004, le National Intelligence Council (NIC) publiait « Cartographie du futur global », un document envisageant plusieurs scénarii pour le monde en 2020. L’un deux était intitulé Le Califat. L’on ne peut qu’être frappé par la justesse des prévisions faites il y a dix ans. Quelques intuitions se sont révélées particulièrement pertinentes :

« En 2020, Al-Qaïda aura été détrônée par des groupes islamistes extrémistes d’inspiration similaire, qui s’opposeront à la mondialisation (…). Le cœur d’Al-Qaïda faiblira, toutefois d’autres groupes, inspirés par Al-Qaïda et fondés sur des bases régionales pourront continuer à mener des attaques terroristes (…). Le Nouveau Califat nous donne un exemple de la façon dont un mouvement global, nourri par le radicalisme religieux pourrait constituer un défi aux normes et valeurs occidentales (…). Une prise de pouvoir radicale dans un pays musulman du Moyen-Orient pourrait aiguillonner le terrorisme dans la région et redonner la confiance aux populations en leur montrant que le nouveau Califat n’est pas simplement un rêve ».

En effet, poursuit le rapport « les terroristes auront besoin d’un quartier général fixe afin de planifier et de mener leurs opérations ».

Deux erreurs

Toutefois, le NIC s’était trompé sur deux points. En premier lieu, le Califat avait été imaginé comme une insurrection transnationale inspirée des stratégies d’Al-Qaïda. Or, même s’il revendique l’effacement des frontières entre la Syrie et l’Irak, l’État islamique a bien pour objectif de créer une entité territoriale stable. Il ne dilue pas sa tactique sur de vastes espaces, mais concentre ses activités terroristes. En second lieu, la puissance d’un Califat global avait été surestimée. S’il s’était réalisé, il aurait interrompu le processus de mondialisation en accroissant les coûts liés à la sécurisation du commerce, ce qui n’est évidemment pas advenu. Après tout, les organisations criminelles n’ont jamais empêché les grands empires de commercer : ce n’est pas la piraterie qui a empêché l’Empire romain de continuer à commercer avec la Chine. Enfin, le scénario omet deux aspects essentiels : tout d’abord l’importance dans la région des fractures confessionnelles entre sunnites et shiites, qui n’ont pas du tout la même approche de l’intégrisme. Le second oubli n’est pas sans ironie, puisque le scénario néglige les responsabilités des États-Unis dans l’avènement du Califat qu’ils avaient pourtant anticipé. Même si le Nouveau Califat n’était qu’une hypothèse parmi d’autres, force est de constater que les prévisions s’avèrent en partie exactes. Mais les Irakiens regretteront sans doute que le NIC n’ait pas su prévoir de solutions…

Olivier Hanne est chercheur à l’Université d’Aix-Marseille. Thomas Flichy de La Neuville est spécialiste du monde iranien. Tous les deux interviennent régulièrement dans l’Homme Nouveau.  Ils viennent de publier L’endettement ou le crépuscule des peuples aux éditions de l’Aube, (112 p., 12 euros.). 

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche