Enfants trans, la volte-face anglaise

Publié le 13 Déc 2022
trans

Quand on voulait évoquer l’eldorado de la « transidentité », les yeux se tournaient vers l’Angleterre, paradis des hormones et des opérations en tous genres. Et soudain, en juillet 2022, le NHS (National Health Service) a décidé de fermer son seul service de prise en charge des enfants souffrants de dysphorie de genre au sein de la clinique londonienne Tavistock and Portman. Des centres régionaux vont être ouverts, donnant la priorité au suivi psychiatrique de ces enfants. Les Britanniques reviennent cahin-caha sur leurs pas, échaudés par l’affaire Keira Bell. En septembre 2020, cette jeune femme de 23 ans attaquait en justice Tavistock and Portman, clamant que, du haut de ses 16 ans, seulement trois rendez-vous d’une heure avaient été nécessaires pour obtenir des bloqueurs de puberté. Elle a par la suite subi une ablation des seins. La Haute Cour a estimé qu’un enfant de 13 ans était inapte à consentir à l’administration de ces traitements et incapable d’en mesurer les risques à long terme (arrêt inféré par la Cour d’Appel d’Angleterre). Dans la foulée, le NHS a demandé un audit du service. Le rapport a souligné le manque de données dont devraient disposer les familles pour poser leur choix ainsi que l’absence de preuves poussant au modèle « trans-affirmatif ». Les praticiens ont peu à peu déconseillé les bloqueurs de puberté et autres traitements hormonaux pour les patients mineurs. Ce retournement de situation reflète le duel idéologique inhérent au traitement du trouble dysphorique. D’un côté, l’approche « affirmative », aujourd’hui majoritaire, laisse l’enfant explorer son identité de genre plutôt que de traiter les origines de son trouble dysphorique. Face à elle, une démarche plus vigilante qui préfère un suivi psychologique afin de retarder les traitements médicamenteux et chirurgicaux, souvent irréversibles. La permanence du sexe biologique sous-tend la réflexion de l’approche vigilante. Elle considère la dysphorie de genre comme un trouble curable, et c’est le cas pour 80 % des adolescents, et non comme une expression de l’autodétermination face à une culture d’oppression. Appréhender le sexe comme un principe stable permet d’accompagner l’enfant sans céder à tous ses désirs. Cette méthode a été propulsée sur le devant de la scène à la suite des revendications de Keira Bell. Celle-ci affirme qu’elle aurait eu besoin d’un accompagnement psychologique au lieu de s’embarquer directement dans des traitements hormonaux. Malgré les hurlements des minorités oppressées-oppressantes, cette conception est bien plus alignée…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Domitille de Brü

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage