Exposition André Derain : une génération marquée par la guerre

Publié le 03 Déc 2017
Exposition André Derain : une génération marquée par la guerre L'Homme Nouveau

André Derain (1880-1954) est à l’honneur au Centre Pompidou. Cette nouvelle exposition montre la diversité de ses intérêts plastiques en rassemblant 70 de ses peintures, un grand nombre de dessins, de gravures et de photographies, quelques films et certaines sculptures et céramiques. 

Le visiteur découvre des illustrations réalisées à l’encre pour les deux romans écrits par Vlaminck avec lequel il partage à ses débuts un atelier à Chatou. Le trait est concis, sans chercher le réalisme, proche de la caricature (Deux personnages sur un lit, 1902). En 1905, il rejoint Matisse à Collioure, et semble inspiré par les paysages et la lumière du midi. Le portrait d’Henri Matisse détonne, rien de classique dans l’utilisation des couleurs. Aujourd’hui, cela passe inaperçu mais en ce début du XXe siècle, le regard commun n’est pas le même. Les montagnes à Collioure (1905) ont des ombres aux colorations audacieuses (versant rouge ou bleu) tandis que les arbres rappellent ceux de Van Gogh. On comprend la stupéfaction de la critique lors de l’exposition de ses toiles avec celles d’autres peintres de la même veine qui fit naître le fameux scandale de la « cage aux fauves ».

Sur le conseil de son marchand, Ambroise Vollard, en 1906 puis en 1907, Derain part à Londres, fait des croquis puis peint des vues de la Tamise à son retour, tentant de rivaliser avec Monet. Grand admirateur de Cézanne, il produit ensuite des paysages cubistes, Vue de Cagnes (1910) aux couleurs assagies (brun, ocre, vert). Enfin, un retour à une certaine figuration le sépare de ses amis artistes.

De sensibilité anarchiste dans sa jeunesse, probablement traumatisé par la Première Guerre mondiale où il fut mobilisé, il semble perturbé par l’orientation que prend la peinture, écrivant: « Comment peindre après tout ce que nous avons vécu, de l’impressionnisme à l’abstrait ? »

Jusqu’au 29 janvier 2018 au Centre Pompidou. Place Georges-Pompidou, 75004 Paris (Niveau 6). Tous les jours de 11 h à 21 h. Le jeudi jusqu’à 23 h. Fermé le mardi.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCulture

Que la Croix demeure ! Les aventures de SOS Calvaires, et autres récits

Recensions adultes | La Rédaction de L'Homme Nouveau vous propose une page culture, avec un choix de quelques récits comme Que la Croix demeure ! SOS Calvaires au secours du patrimoine ou bien Des gens sans importance. Petits récits du grand âge, ou encore En Provence sur les traces de Marie Madeleine, mais aussi quelques livres religieux, essais, CD ou DVD. Paru dans le n° 1810.

+

livres récit
Culture

Charette revisité

ENTRETIEN | Revenue sur le devant de la scène au moment de la sortie du film Vaincre ou Mourir, la figure de Charette, général de la Vendée militaire, vient de faire l’objet d’une nouvelle biographie par Anne Bernet. Entretien avec l’auteur sur un personnage clé de l’épopée contre-révolutionnaire, passionnant, controversé, héroïque et qui cache encore quelques mystères.

+

charette
CultureLectures

Le choix de votre quinzaine : Maggie Smith à Lourdes

Recension adultes | Le Club des Miracles raconte le périple jusqu'à Lourdes de quatre irlandaises (dont Maggie Smith), qui aspirent toutes à un miracle. Dans cette page de recension retrouvez aussi des livres de spiritualité, un essai sur Simon Leys, un CD de Lang Lang et quelques autres sélections. Paru dans le n° 1809.

+

Maggie Smith
CultureLectures

Faire découvrir aux enfants sainte Faustine et la Miséricorde Divine

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Le livre Carlo Acutis et les miracles eucharistiques n'est pas une ultime biographie, mais raconte et explique sa grande exposition sur les miracles eucharistiques.Paru dans le n°1809.

+

Carlo Acutis garçon lecture
Culture

L’exposition : Un œil passionné. Douze ans d’acquisitions de Ger Luijten

La Fondation Custodia, un lieu unique dans Paris, un peu confidentiel, où sont présentées des expositions remarquables, rend hommage à son précédent directeur Ger Luijten, disparu prématurément en décembre 2022. Cet homme passionné, érudit et fin connaisseur a toujours cherché à être fidèle à l’esprit du grand collectionneur Frits Lugt (1884-1970) à l’origine de cette Fondation. Pendant douze années il dirigea ce lieu et mena une politique d’acquisition intense. Environ 10 000 œuvres sont entrées dans les collections de ce superbe hôtel particulier. Une sélection de 140 œuvres est proposée au regard du visiteur.

+

Ger Luijten