Exposition : Chefs-d’œuvre de Budapest

Publié le 28 Mar 2016
Exposition : Chefs-d’œuvre de Budapest L'Homme Nouveau

Le musée des Beaux-Arts de Budapest est en pleine rénovation. Cette fermeture temporaire a permis d’exposer une belle sélection de ses chefs-d’œuvre au musée du Luxembourg. Des peintures et des sculptures réjouissantes pour l’œil qui résument l’histoire de l’art de la fin de l’époque médiévale au début du XXe siècle. Accueilli par une superbe et douce Sainte Dorothée (1410-1420), sculpture en bois, grandeur nature, portant des traces de polychromie, le visiteur découvre de salle en salle des peintures magnifiques : le Portrait d’un jeune homme, de Dürer (1471-1528), sur fond rouge, esquissant un sourire, vêtu de noir, et portant un vêtement au col de fourrure, admirablement peint, des tableaux d’Albrecht Altdorfer (1480-1538), rarement visibles en France, trois œuvres de Greco (1541-1614)… Parmi celles-ci se trouve une très vivante Marie-Madeleine pénitente (1576). Son visage tourné vers un ciel entrouvert presqu’abstrait, porte les traces de ses larmes (yeux brillants, légèrement cernés, bouche entrouverte). Tout en elle exprime le repentir jusqu’à sa main aux longs doigts posés sur son cœur bouleversé par le pardon de Dieu.

Une évocation de la peinture flamande est aussi à découvrir avec un petit dessin de Rembrandt, une très expressive Étude de tête d’homme par Rubens mais aussi une magnifique toile de Pieter de Hooch (1629-1684) : Femme lisant devant la fenêtre ouverte, où les effets d’ombre et de lumière sont fabuleux.

József Rippl-Rónai, Femme à la cage. © Galerie nationale Hongroise, Budapest 2016.

Du côté des symbolistes, La femme à la cage de Rippl-Ronai (1861-1927) arrête notre regard par ses harmonies de verts, bleus et bruns (© Galerie nationale Hongroise, Budapest 2016). Non loin, chez les « expressionnistes », une grave Sainte Véronique, de Kokoschka (1886-1980), montre une empreinte saisissante de la Sainte Face ensanglantée…

À ne pas manquer !

Musée du Luxembourg, 19 rue de Vaugirard, 75006 Paris. Tél. : 01 40 13 62 00. Jusqu’au 10 juillet 2016. Ouverture tous les jours de 10 h à 19 h, nocturne les vendredis jusqu’à 21 h 30. Fermeture le 1er mai.

Catalogue de l’exposition « Chefs d’œuvres de Budapest », sous la direction de Laurent Salomé et Cécile Maisonneuve, RMN-Grand Palais, 248 p., 165 illustr., 35 €.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

Le génocide vendéen : la preuve par les colonnes infernales

ENTRETIEN | Haut fonctionnaire aux Affaires étrangères, juriste spécialiste de droit pénal international, Jacques Villemain poursuit ses recherches avec, après Vendée 1793-1794 (2017) et Génocide en Vendée (2020), un nouvel ouvrage en deux volumes, Histoire politique des colonnes infernales. Avant et après le 9 Thermidor et Papiers et Rapports. Il y poursuit sa démonstration du caractère génocidaire de ce qui s’est passé dans ce département.

+

Vendée
Culture

L’exposition : Chana Orloff. Sculpter l’époque

Le musée Zadkine (Paris 6) accueille une exposition consacrée à la sculptrice Chana Orloff jusqu'au 31 mars. Cet ancien atelier du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine a été légué par son épouse Valentine Prax, et est devenu un atelier-musée au cœur du quartier artiste de Montparnasse.

+

Chana orloff
CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi