Face à l’avortement, un témoignage de la puissance de la miséricorde de Dieu

Publié le 19 Jan 2019
Face à l'avortement, un témoignage de la puissance de la miséricorde de Dieu L'Homme Nouveau

Parents divorcés, éducation superficielle ou l’apparence était reine et le Christ n’était qu’un vernis traditionnel, spiritisme, avortements, drogue… Patricia Sandoval est bien de notre siècle. Pourtant après son parcours chaotique, cette femme mexico-américaine a rencontré Dieu, Il a bouleversé sa vie. Après un parcours de reconstruction, elle a mis sa vie au service de tous ceux qui peuvent être confrontés aux mêmes problèmes qu’elle. Patricia Sandoval témoigne dans le monde entier de la miséricorde de Dieu et de l’horreur de l’avortement. 

Il n’est pas possible de rester insensible devant cette jeune femme, particulièrement belle, qui parle facilement malgré les barrières de la langue. Le sourire au coin des lèvres, les réponses fusent, passionnées, lorsqu’on l’interroge sur sa vie. Ses parents ne lui ayant pas transmis de fondations assez solides, Patricia Sandoval reçoit une éducation sexuelle perverse alors qu’elle est encore en bas âge à l’école. Elle entend parler de « sexe sûr », de contraception, de dissociation entre union et procréation. 

Lorsque jeune adulte elle tombera sous le charme d’un jeune homme, ils auront leurs premières « relations sexuelles protégées ». Malgré la contraception, Patricia tombe enceinte, elle choisit avec celui qui était alors son compagnon, de garder l’enfant et de se marier. Hélas, sous la pression de ses amies, elle change d’avis et avorte, faisant passer la mort de son premier enfant pour une fausse-couche. Son fiancé est dévasté. Pour elle, quelque chose s’est brisé, alors que les équipes médicales lui assurent qu’elle ne s’est débarrassée que d’un amas de cellules. Une deuxième fois Patricia Sandoval tombe enceinte, deuxième avortement et incompréhension face à la défaillance de la contraception. La troisième fois, ne voulant plus porter le poids de l’avortement seule, elle contraint son fiancé à l’accompagner à la clinique. Leur relation n’y survivra pas. 

Seule, face aux difficultés familiales, Patricia Sandoval trouve du travail au Planning Familial, elle est chargée en premier lieu de convaincre les femmes enceintes en détresse d’avorter, les mots « bébés », « parents », même « foetus », sont interdits, ils sont remplacés par « sac », « amas de cellules »… Très vite, sans formation médicale, elle aide les médecins à pratiques les avortements, cinq minutes par femme, puis l’horreur, la pièce attenante dans laquelle il faut retrouver cinq morceaux du bébé pour que l’avortement soit considéré comme réussi. Petit à petit Patricia prend conscience du mensonge dans lequel elle a été maintenue. Une femme enceinte de jumeaux, à six mois de grossesse, la fera fuir définitivement ce lieu de mort. 

Pour fuir sa réalité trop dure à supporter, c’est dans la drogue que la jeune mexico-américaine se réfugie, pendant plusieurs années, c’est la descente aux enfers, cocaïne, métamphétamine… les doses augmentent, la réalité s’éloigne. Un beau jour c’est la rue, la peur d’être en manque, les fausses amitiés. Jusqu’à ce qu’abandonné sur un trottoir par son compagnon de l’époque, squelettique, Patricia se remémore tout ce que Dieu, en qui elle a toujours cru, a fait de bien dans sa vie. Comme Job sur son tas de fumier, elle remercie pour tout ce qu’elle a eu de bon. C’est à ce moment qu’une femme, travaillant dans un restaurant à proximité, la serre dans ses bras, lui disant que Dieu l’aime et lui pardonne. Ce sera le début de son chemin de Damas. 

Le parcours de conversion et de guérison ne sera pas un long fleuve tranquille, il y aura des chutes, des rechutes, des colères… Une retraite avec La vigne de Rachel lui permettra de guérir du poids de ses avortements. La providence de Dieu la guidera ensuite, souvent contre sa volonté, pour donner son témoignage au monde. Un témoignange poignant que vous pourrez voir et entendre dans la vidéo qui accompagne cet article. 

Patricia Sandoval nous offre un vrai Magnificat en faveur de la Vie. 

Transfigurée, Patricia Sandoval et Christine Watkins, ed Téqui, 18,90€

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle